Navigation – Plan du site
Première partie : réévaluer le rôle des médias, quatre ans après les révoltes

Internet, le « Printemps arabe » et la dévaluation du cyberactivisme arabe

Yves Gonzalez-Quijano
p. 67-84

Résumés

Plus de trois ans après ses débuts, il est temps désormais d’interroger la place d’Internet dans ce qu’il est convenu d’appeler le « Printemps arabe ». Après la vague d’enthousiasme suscitée par la figure du « jeune rebelle arabe » et cette cyber-révolution supposée mettre un terme aux divers régimes autoritaires de la région, il est devenu davantage possible de se livrer à un examen plus critique du rôle politique d’Internet et des réseaux sociaux dans des événements qui ont mis en évidence les limites des mobilisations numériques. Dans certains contextes, l’activisme politique en ligne a non seulement perdu sa virginité politique, mais il a également prouvé qu’il pouvait devenir un facteur perturbateur par rapport à la recherche d’un consensus politique. Mais en dépit des événements qui ont porté atteinte à son crédit, le cyberactivisme arabe conserve, sur le long terme, tout son potentiel pour contribuer aux changements sociaux et politiques dans la région.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’invention du jeune rebelle numérique
Le narrative de la « révolution Internet »
Premières ombres au tableau : des réseaux pas très Net-s !
Le temps des désillusions
La perte de la virginité politique

Aperçu du début du texte

Trois ans après leurs débuts, les soulèvements populaires dans le monde arabe n’en finissent pas d’interroger. Après la sidération qui a saisi la plupart des observateurs devant la cadence des changements politiques et leur enchaînement d’un pays à un autre, le temps est désormais aux questions, souvent inquiètes et désabusées, sur le devenir de ces mouvements. Printemps, automne, hiver arabe... : alors que les débats sont loin d’être clos sur le bien-fondé de l’emploi du mot « révolution » pour désigner les transformations dont la région est le théâtre depuis ces trois dernières années, l’opinion, au sens médiatique du terme mais également dans sa dimension académique, a opéré sa propre révolution, un cycle complet qui l’a vu passer de la sympathie à la crainte, voire à l’aversion.

Il en va de même pour un des aspects qui aura, au moins dans les premiers temps, suscité le plus de commentaires, à savoir le rôle joué dans ces événements par les technologies de la communication en géné...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Gonzalez-Quijano, « Internet, le « Printemps arabe » et la dévaluation du cyberactivisme arabe », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 12 | 2015, mis en ligne le 25 mars 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ema.revues.org/3400 ; DOI : 10.4000/ema.3400

Haut de page

Auteur

Yves Gonzalez-Quijano

Maître de conférences au département d’études arabes de l’Université Lumière Lyon2 et membre du GREMMO (UMR 5291), Yves-Gonzalez-Quijano est notamment l’auteur d’Arabités numériques. Le printemps du Web arabe (Actes Sud-Sindbad, 2011).
Professor at the Department of Arab Studies at Lumière Lyon2 University and member of GREMMO, Yves Gonzalez-Quijano is the author of d’Arabités numériques. Le printemps du Web arabe (Actes Sud-Sindbad, 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org