Navigation – Plan du site
En-notes

Lectures : Sayyid ‘Ashmâwî et Muhammad Radwân

Mustapha al-Ahnaf
p. 245-246
Référence(s) :

Sayyid cAshmâwî, al-cAyb fî-l-dhât al masûna, Inhiyâr haybat hukm al-fard al-mutlaq : al-khidîwî, al-sultan, al-malik, Misr : 1882-1952, Le Caire, al-Mahrûsa, 1999, 289 p.

Muhammad Radwân, Qasâ’id siyâsiyya mamnucâ, Le Caire, Markaz al-râya lil-nashr wa-l-iclâm, 1998, 224 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sayyid cAshmâwî, al-cAyb fî-l-dhât al masûna, Inhiyâr haybat hukm al-fard al-mutlaq : al-khidîwî, al-sultan, al-malik, Misr : 1882-1952

Sayyid cAshmâwî, al-cAyb fî-l-dhât al masûna, Inhiyâr haybat hukm al-fard al-mutlaq : al-khidîwî, al-sultan, al-malik, Misr : 1882-1952, Le Caire, al-Mahrûsa, 1999, 289 pages

1Né en 1949, l’auteur de Le Crime de lèse-majesté : effondrement du prestige du pouvoir personnel absolu Le khédive, le sultan, le roi. Égypte : 1882-1952 est un historien qui se dit « soucieux des affaires de la patrie depuis sa prime enfance ». Il a soutenu une thèse sur « l’histoire de la pensée politique égyptienne moderne 1945-1952 » à l’université du Caire et mené de nombreux travaux sur l’histoire sociale et intellectuelle de l’Égypte, notamment sur la littérature des slogans politiques, les mouvements paysans, les juges et la politique, etc. Il est aussi l’auteur d’un ouvrage intitulé Les Grecs en Égypte : 1905-1956 (Le Caire, 1997). Dans cet ouvrage sur le crime de lèse-majesté, tel qu’il était défini et réprimé par la loi égyptienne, l’auteur s’appuie sur une documentation riche et diverse (ouvrages, journaux et archives des tribunaux) pour reconstituer les principales affaires qui ont marqué l’histoire politique, judiciaire et intellectuelle de l’Égypte entre la révolte de cUrabî (1882) et la chute de la monarchie. L’ouvrage se divise en 3 parties : 1°) al-cayb (l’offense) dans la langue, la législation et les jugements judiciaires ; 2°) les origines historiques du crime de lèse-majesté. L’ironie et la moquerie dont les gouvernants sont l’objet ; 3°) l’historique de la question de lèse-majesté depuis l’époque de Tawfîq jusqu’à celle de Farûq. L’auteur commence par étudier la notion de cayb des points de vue linguistique et juridique et son évolution dans la législation inspirée du droit français et son application par les tribunaux. Puis il fait un survol historique des formes prises par la critique des gouvernants à travers l’anecdote, la poésie populaire, les bons mots, la dérision et l’humour qu’il pense spécialement caractéristiques du « peuple d’Égypte » et ce, depuis les pharaons jusqu’au khédive Ismâcîl en passant par les Mamelouks, les Turcs et les chefs de l’expédition française. C’est la partie la plus faible de l’ouvrage, faite de compilations et de citations sans fil directeur ni cohérence. La troisième et dernière partie, chronologique, est la plus instructive. Elle passe en revue les principales affaires qui ont eu lieu sous les règnes de Tawfîq, de cAbbâs Hilmî, du sultan Husayn, des rois Fu’âd et Farûq, qui sont en général des affaires de satire politique où sont jugés nombre de grands journalistes et écrivains. Quoique manquant de rigueur méthodologique, l’ouvrage a le mérite d’attirer l’attention sur une littérature qui reste peu étudiée et sur une pratique sociale connue dans tous les systèmes tyranniques. Les annexes (p. 241-289) sont d’inégale valeur et l’on regrette l’absence d’un index des noms cités.

Muhammad Radwân, Qasâ’id siyâsiyya mamnucâ

Muhammad Radwân, Qasâ’id siyâsiyya mamnucâ, Le Caire, Markaz al-râya lil-nashr wa-l-iclâm, 1998, 224 pages

2Le journaliste et critique littéraire M. Radwân a rassemblé dans Poèmes politiques interdits un certain nombre de poèmes qui ont valu, à leurs auteurs, à la fois l’inimitié des autorités constituées et la sympathie de larges couches de la population qui ont généralement peu de commerce avec le monde de la poésie. Le premier de ces poèmes remonte au règne du khédive cAbbâs II (1876-1924), lorsque le jeune écrivain Mustafâ Lutfî al-Manfalûtî dénonce de manière retentissante les iniquités et le despotisme exercés par les héritiers de Muhammad cAlî, dans un poème censé accueillir le souverain à son retour d’un voyage qu’il a entrepris à travers les provinces d’Égypte. Le second, « Remarques en marge du cahier de la défaite », du poète syrien Nizâr Qabbânî (1923-1998) est le texte le plus virulent écrit contre « l’esprit arabe » au lendemain de la défaite de 1967. Nasser a dû intervenir personnellement pour permettre la diffusion du poème en Égypte. Suivent ensuite les poèmes patriotiques du tunisien Abû-l-Qâsim al-Shâbbî (1909-1934), de Kâmil al-Shinnâwî (1908-1965, l’hymne à la liberté écrit au lendemain de l’incendie du Caire en 1952) ; des poètes et dramaturges Nagîb Surûr (1932-1978) et Salâh cAbd al-Sabûr (1931-1981) ; d’Amal Dunqul (1940-1983, son poème sur Nasser et la défaite de 1967) ; de Bayram al-Tûnsî (1893-1961, ses diatribes contre les Anglais et le roi Fu’âd) ; du poète-homme d’État Muhammad Sâmî al-Barûdî (1839-1904), exilé après la révolte de cUrâbî ; d’Ahmad Shawqî (1868-1932) et du médecin franc-maçon Ahmad Zakî Abû Shâdî (1892-1955). Les poèmes sont beaux, certes, et significatifs, mais peu d’entre eux ont fait l’objet d’un véritable interdit, alors que d’autres, jamais publiés, ne sont connus que grâce à des enregistrements ou à la mémoires des amateurs, tels, entre autres, les Kussummiyât de Nagîb Surûr et certains poèmes de Bayram.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mustapha al-Ahnaf, « Lectures : Sayyid ‘Ashmâwî et Muhammad Radwân », Égypte/Monde arabe,Deuxième série, 3 | 2000, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ema.revues.org/818

Haut de page

Auteur

Mustapha al-Ahnaf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org