Navigation – Plan du site

3 | 2000
La censure ou comment la contourner

Dire et ne pas dire dans l’Égypte contemporaine
Sous la direction de Dyala Hamzah
La censure
Informations sur cette image
ISBN 2-87027-856-X

Ni bilan des pratiques répressives et de leurs conséquences sur la production intellectuelle et artistique en Égypte, ni histoire de la censure au sens large, cette nouvelle livraison de la revue du Centre d’Études et de documentation économiques, juridiques et sociales du Caire (Cedej), s’est voulue tout entière à l’écoute de ce qui se dit et de ce qui ne se dit pas aujourd’hui en Égypte, c’est-à-dire des stratégies de résistances et de contournement inventées par les acteurs (écrivains, journalistes, universitaires ou artistes) afin d’échapper à une double censure, étatique et sociale.

Si la constitution égyptienne garantit bien, en effet, la liberté d’opinion et d’expression, l’état d’urgence imposé depuis 1981 et diverses lois et dispositions légales se conjuguent pour en restreindre singulièrement lexercice. Par ailleurs, l’arsenal juridique disponible et ses interprétations circonstancielles ne président pas seuls aux destinées du dire : un puissant contrôle social est aussi assuré par des initiatives individuelles (dont les campagnes morales ou religieuses attendent parfois une codification juridique) et des voies de fait qui vont de la menace et de l’intimidation à l’assassinat ou aux tentatives d’assassinat. Témoignage de ce qu’il n’y a pas de véritable monopole institutionnel de la morale et/ou de la religion, ce contrôle atomisé triomphe également dans une autocensure multiforme, qui peut prendre, chez les auteurs, la forme extrême du dédit, chez les éditeurs, d’un retrait de la vente, chez les uns et les autres, la recherche ou le passage par d’autres publics, d’autres marchés.

La censure ne date pas d’hier ? certes, mais ce qui est nouveau aujourd’hui, c’est le manque de visibilité des institutions de l’État et de la société, rendant incertaines des alliances autrefois solides entre l’intellectuel et l’État. Aux acteurs d’aujourd’hui, le savoir-faire des aînés - successivement aiguisé au contact du couperet anglais, monarchique, ou nassérien - n’est que d’un piètre secours, tant à ménager le crédo nationaliste et l’islam « bien compris », la censure (officielle) « à l’égyptienne » contribue à brouiller la donne.

  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org