Navigation – Plan du site
Première partie - L'expression de la demande sociale

Les femmes du parti al-Nour et les élections parlementaires en Égypte

Naïma Bouras
p. 21-37

Résumés

Le choix de la Da’wa salafiyya de « passer au politique » et de créer le parti al-Nour a entraîné des changements importants. Ces changements, visibles dans la rhétorique religieuse et les pratiques, ont impacté les femmes du parti. En effet, en raison des contraintes particulières imposées aux partis politiques, il a fallu à la fois mobiliser des candidates et diffuser la rhétorique citoyenne et patriote à l’ensemble des femmes. Elles ont disposé ainsi d’un espace politique dont elles se sont emparées avec l’accord des cadres du parti. Non seulement leur rôle a été reconnu, mais leurs compétences ont été sollicitées pour construire un électorat féminin salafiste décisif pour la nouvelle stratégie de la Da`wa.

Ainsi, par le jeu des choix stratégiques du parti al-Nour et par les contraintes institutionnelles mises en place par le régime, le parti salafiste est conduit à organiser des formes d’empowerment des femmes. Ces engagements citoyens contredisent l’idée que les femmes salafistes seraient nécessairement réduites à jouer les seconds rôles et à se conformer à des stéréotypes figés. Sans vouloir postuler que le salafisme serait un moteur de l’émancipation féminine, nous montrons cependant que la logique partisane conduit à élargir le champ d’intervention des femmes salafistes et à leur donner des formes de légitimité et un statut d’acteur tout à fait inédit.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le nouveau système électoral de 2011 et le processus de légitimation des femmes salafistes sur la scène politique
L’investissement des femmes du parti al-Nour sur le terrain électoral
Évolutions parlementaires de 2012 à 2015 : un contexte propice à l’autonomisation et à l’empowerment des femmes salafistes
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

En Égypte, les femmes furent très actives et très visibles sur les places publiques durant les soulèvements de 2011. Elles manifestèrent un réel enthousiasme dans l’effervescence populaire, « faisant peuple » avec des citoyens de tous bords, avec des slogans revendiquant la liberté, l’égalité et le respect de la dignité humaine.

Cet enthousiasme laissa penser qu’un changement profond de la scène politique était possible. Les femmes, les premières, avaient formé beaucoup d’espoir dans les élections post-soulèvement. Ce fut une occasion, pour les Égyptiennes, d’occuper la scène électorale, avec le sentiment de pouvoir accéder à des charges politiques. Les candidatures des femmes aux sièges parlementaires furent en hausse par rapport aux élections précédentes. Le nombre de candidates qui avaient participé au jeu électoral en 2011-2012 était de 984. Parmi elles, 351 se présentèrent pour candidater aux sièges individuels, et 633 sur les listes de partis. Durant les élections ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Naïma Bouras, « Les femmes du parti al-Nour et les élections parlementaires en Égypte  », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 16 | 2017, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://ema.revues.org/3702 ; DOI : 10.4000/ema.3702

Haut de page

Auteur

Naïma Bouras

Naïma Bouras est doctorante en sociologie à l’université du Havre, en co-direction à l’EHESS. Elle est bénéficiaire d’une allocation de bourse doctorale IFAO-CEDEJ en 2016-2017 puis d’une bourse CEDEJ courte durée. Ses recherches de doctorat portent sur le rôle et la place des femmes dans les mouvements salafistes en Égypte, où elle vit depuis deux ans. Ce sujet, très large, lui permet d’aborder différents axes de recherche parmi lesquels : les femmes sur le terrain de la prédication ; les élections post-Moubarak et la socialisation politique des salafistes ; les femmes dans les élections parlementaires ; le redéploiement des femmes dans l’espace public depuis les soulèvements de 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org