Navigation – Plan du site

Voicing refugeeness: Sudanese struggles for belonging in Egypt and Israel

Pauline Brücker
p. 95-123

Résumés

Cet article interroge les stratégies de mobilisations mises en place par les demandeurs d’asile et réfugiés statutaires pour contrer des politiques d’asile restrictives qui les privent de statut légal, et donc d’appartenance politique. Ce faisant, il étudie deux cas particuliers de mobilisations de demandeurs d’asile soudanais : la mobilisation dite de Mostapha Mahmoud au Caire, Egypte (2005) et la Marche pour la Liberté suivie de différentes manifestations en Israël (2013-2014). L’emploi du « voice » souligne clairement un choix de mise en visibilité du groupe allant à l’encontre des injonctions au silence voire à l’invisibilité par les pouvoirs en place. L’exclusion subie par la négation d’un droit à un statut de réfugié constitue une première ressource qui fédère les individus concernés et leur permet de se constituer en groupe social partageant des intérêts communs. La mobilisation cherche par la suite à retourner le stigmate construit par les politiques d’asile restrictives (migrants économiques usurpateurs du système dans le cas égyptien, et infiltrés dans le cas israélien). Ce retournement du stigmate passe par des stratégies discursives et par une mise en scène particulière de leur mobilisation, qui fait largement référence au système international de protection, au socle commun de droit international des réfugiés et des droits de l’homme, aux responsabilités du HCR et des Etats. La répression des deux mouvements par les forces de l’ordre respectivement égyptiennes et israéliennes, entraine le passage d’une stratégie de « voice » à celle d’« exit », où la mobilité semble incarner à la fois une voie de sortie d’une mobilisation avortée et une porte d’entrée vers un nouveau terrain possible d’appartenance politique. En ce sens, l’article interroge également la portée transnationale des luttes contestataires des demandeurs d’asile.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Exclusion from belonging: a resource for mobilization
Reversing a stigma: Self-staging and visibility of refugeeness
Sit-in and marches: symbolism in repertoires of action and spatiality as a resource
Building refugeeness as a collective front
The temptation of an exit: mobility as a form of contestation
Leaving Egypt for Israel
Leaving to “voice” elsewhere? The difficult transnational reinvestment of mobilization
Leaving Israel for Egypt
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

In the study of social sciences, the profile of the refugee has long shared one common feature, despite its legal and social disparities: deprivation of the political and civic rights that are reserved to national citizens (Arendt, 2010). Refugees evolve within the interstice of nation-states, as they no longer fully belong to their home state and do not yet belong to a new host state (Haddad, 2008). They do not legally belong to any political community: seeking asylum is precisely a quest for a transfer of belonging from a state of origin that is unable to provide protection to a new – and as yet uncertain – state of adoption. Refugees therefore remain confined to forms of social invisibility in both states, as their actions are rendered invisible by the power structures (Sayad, 1999). Indeed, for Ataç et al.,invisible politics emerge out of everyday practices in the context of border and integration regimes. (…) Such political practices are invisible as they are not...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Brücker, « Voicing refugeeness: Sudanese struggles for belonging in Egypt and Israel », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 15 | 2017, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://ema.revues.org/3671 ; DOI : 10.4000/ema.3671

Haut de page

Auteur

Pauline Brücker

PAULINE BRÜCKER est doctorante au Centre de Recherches Internationales (CERI-Sciences Po), doctorante associée et ex-allocataire au CEDEJ (Le Caire/Khartoum). Diplômée en sociologie politique et en droit international public (Sciences Po Paris), ses travaux de sociologie des migrations portent sur les processus et acteurs de la construction du statut de réfugié comme catégorie sociale ainsi que sur les interactions entre systèmes d'asile et mobilisations sociales des communautés migrantes et des sociétés civiles. Sa thèse de doctorat, dirigée par Catherine Wihtol de Wenden, étudie le cas des demandeurs d’asile soudanais en Egypte et en Israël. 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org