Navigation – Plan du site

Réfugiés syriens en Égypte : Secteur associatif et reconfiguration étatique (2011-2013)

Maaï Youssef
p. 71-94

Résumé

Depuis mars 2011, l’Égypte est confrontée à la vague migratoire la plus importante de son histoire : celle des réfugiés syriens fuyant le régime de Bachar al-Assad. Les discours politiques du président Mohamed Morsi, entre juin 2012 et juillet 2013, plaident en faveur d’une prise en charge de ces derniers par l’État égyptien, en raison d’un soutien affiché au mouvement contestataire syrien. Dans les faits, on voit davantage se dessiner une politique publique par « à coups » et par « ébauche » qui est en effet une succession de discours officiels et de décrets ponctuels. En pratique, l’accueil des réfugiés syriens n’est pas administré, organisé et financé par des appareils étatiques. Le secteur associatif émergent et la base militante et sociale des Frères musulmans, déjà en place durant les années de semi-clandestinité de l’organisation, jouent un rôle majeur face à l’inaction des services publics. Cet article tente de comprendre les mécanismes de coproduction d’une politique de décharge, menée entre ces différents acteurs. Ceci éclaire sur la compétition autour de l’exercice du pouvoir en cours à la tête de l’État.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Réfugiés syriens : transformer l’engagement politique en action sociale
Rester mobilisés en exil
Un contexte politique égyptien propice au secteur associatif
Logiques partisanes fréristes et opposants syriens au Caire : un jeu d’alliances
La mobilisation des acteurs associatifs et des mouvements islamistes en faveur des réfugiés syriens
Les techniques de mobilisation fréristes au service de la prise en charge des réfugiés
La nécessité de « travailler sous le radar »
Des stratégies de contournement des appareils étatiques : un paradoxe sous Morsi ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Dès 2011 en Syrie, la répression sanglante du mouvement révolutionnaire par le régime de Bachar al-Assad, conduit des milliers de Syriens à quitter leur foyer, pour une autre région de la Syrie ou pour un autre pays. Les pays d’accueil frontaliers (Liban, Turquie et Jordanie notamment) sont les exemples les plus connus d’arrivées importantes de réfugiés syriens. L’Égypte est un cas moins représenté dans les médias, ainsi que dans la littérature en sciences humaines et sociales. Très vite pourtant, le pays est confronté au mouvement migratoire le plus important de son histoire. Certains réfugiés choisissent en effet l’Égypte en raison, entre autres, des facilités d’accès au territoire pour les Syriens, liés au passé politique et historique commun entre les deux pays (la République arabe unie notamment, 1958-1961). Les citoyens syriens peuvent ainsi se rendre en Égypte sans demande de visa préalable. Entre 2011 et 2013, plus de 130 000 réfugiés syriens sont enregistrés par...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maaï Youssef, « Réfugiés syriens en Égypte : Secteur associatif et reconfiguration étatique (2011-2013) », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 15 | 2017, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://ema.revues.org/3669 ; DOI : 10.4000/ema.3669

Haut de page

Auteur

Maaï Youssef

MAAÏ YOUSSEF est doctorante en Science Politique à Paris 1 Panthéon Sorbonne. Ses recherches portent sur les effets du contexte politique sur les exilés syriens en Egypte, et en Turquie. Elle travaille principalement sur l’engagement politique en exil, celui-ci ayant lieu dans un contexte autoritaire. Elle interroge de fait la constitution de réseaux transnationaux découlant de ces engagements. A partir d’une étude de la politique publique égyptienne à l’égard des migrants et réfugiés, elle questionne les transitions politiques en cours depuis 2011, et plus particulièrement la recomposition autoritaire en place depuis juillet 2013. Basée sur une approche ethnographique, sa recherche se concentre sur les dynamiques locales et routines quotidiennes des Syriens. Maaï Youssef a réalisé des terrains en Egypte, au Soudan, en Turquie et en Irak. Son doctorat est financé par la Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org