Navigation – Plan du site

Introduction - Les migrations internationales dans l’Égypte postrévolutionnaire

Pauline Brücker et David Lagarde
p. 9-26

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un objet dans l’ombre
Révolutions et mobilités
Le réinvestissement du champ de la migration par le politique
L’Égypte, nouvelle terre d’externalisation du contrôle frontalier européen 

Aperçu du début du texte

Six ans après l’irruption des « révolutions » arabes, des mouvements contestataires et des autres soulèvements populaires sur les scènes médiatiques et dans les débats académiques, le conflit syrien a replacé la question migratoire au cœur de l’espace méditerranéen, et questionne le rôle de l’Égypte dans cette nouvelle équation. Les départs pour l’Europe depuis la côte égyptienne, quasiment inédits avant les mouvements contestataires de 2011, sont désormais de plus en plus nombreux. Les arrivées continues depuis la Corne de l’Afrique ou la Syrie activent ces routes migratoires naissantes, empruntées par ceux et celles qui s’efforcent de contrer et de déjouer les fermetures ou la dangerosité croissante des routes anciennes, tel l’axe passant par la Libye. Les dynamiques migratoires et les stratégies de tous les acteurs en jeu – États, migrants, exilés, organisations internationales, ONG, sociétés civiles – s’adaptent ainsi à des contextes changeants et tentent de se répondre, voire d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Brücker et David Lagarde, « Introduction - Les migrations internationales dans l’Égypte postrévolutionnaire », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 15 | 2017, mis en ligne le 05 juin 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://ema.revues.org/3654

Haut de page

Auteurs

Pauline Brücker

PAULINE BRÜCKER est doctorante au Centre de Recherches Internationales (CERI-Sciences Po), doctorante associée et ex-allocataire au CEDEJ (Le Caire/Khartoum). Diplômée en sociologie politique et en droit international public (Sciences Po Paris), ses travaux de sociologie des migrations portent sur les processus et acteurs de la construction du statut de réfugié comme catégorie sociale ainsi que sur les interactions entre systèmes d'asile et mobilisations sociales des communautés migrantes et des sociétés civiles. Sa thèse de doctorat, dirigée par Catherine Wihtol de Wenden, étudie le cas des demandeurs d’asile soudanais en Egypte et en Israël.

Articles du même auteur

David Lagarde

DAVID LAGARDE est doctorant en géographie et aménagement, Université Toulouse 2-Jean Jaurès et UMR LISST (Toulouse). Ses recherches visent à identifier les réseaux de lieux et les réseaux de personnes autour desquels s’articulent les mobilités des réfugiés syriens à différentes échelles de l’espace euro-méditerranéen. La cartographie occupe une place importante dans ses recherches et lui permet de mieux appréhender la complexité et la diversité des dynamiques socio-spatiales résultant de la mise en mobilité forcée des Syriens depuis 2011. En tant que cartographe, il a contribué à plusieurs ouvrages consacrés aux migrations internationales : Un monde de camps (dir. Michel Agier, 2013), Échanger les peuples (Catherine Gousseff, 2015) et l’Atlas des migrants en Europe (Réseau Migreurop, 2012).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org