Navigation – Plan du site
Varia

Damiette, une ville prospère d’Égypte au péril de la mondialisation

Ruine des activités productives traditionnelles et déstructuration sociale sur fond de modernisation technologique, de logiques globales et de retrait de l’État
Marc Lavergne
p. 239-270

Résumé

Damietta, a medium-sized city at the edge of the Nile delta, one of Egypt’s windows on the sea, enjoys a personality asserted since Ancient times. It developed varied economic ventures, such as the furniture making, which granted it well being and opening to the outside world. It is in that sense an exception in the Egyptian context; but it went since the 1952 Revolution through the fate of those provincial centers, faced with successive and contradictory country planning policies. The city has now become a pawn on the Egyptian and Mediterranean exchequers of global integration, at the expense of its locally rooted activities, which structure its economic and social fabric. Its new, from outside and even abroad impulsed vocations, induce the settling in its surroundings of disconnected industries, infrastructures and urban models. As a result, an unseen before mobilization has emerged against the negative effects on environment and social cohesion, pointing the State’s collusion with foreign interests. That neglect of the State regarding regional and local interests ends up in frustration and inefficiency of development policies. Those will only be solved through a free expression of the population through representative local powers.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

À l’échelle égyptienne, une ville à l’écart
Depuis la haute Antiquité, une cité prospère ouverte sur l’extérieur
Damiette interface isolée mais dynamique
Une ville au défi du grand large
Du « souk el hisba » à la Nouvelle Damiette : le renouvellement par le haut de la fabrique urbaine
Le noyau ancien, un port et un pont au coude du fleuve
La ville « moderne », siège de la domination de l’État sur la ville
Des satellites aux fonctions spécialisées
Le faubourg de Shata (« le rivage ») : de l’extension administrée à la déréliction sociale
Deux avant-postes à l’embouchure du fleuve
Vers une conurbation extravertie
La Nouvelle Damiette, de Sadate à Moubarak, ou le paradigme néolibéral impulsé par l’État
La zone franche, un moteur d’expansion contesté
Auprès du port, l’avenir incertain de l’usine de gaz naturel liquéfié
Le port artificiel de Damiette, vers un futur hub entre la Méditerranée et l’Afrique ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Cet article se donne pour objectif d’éclairer l’évolution économique et sociale d’une ville moyenne d’Égypte, à travers les mutations récentes de son système de production. Il est possible que ce nouvel angle d’approche de la sphère du politique égyptien, à travers ses applications concrètes, ouvre des pistes pour comprendre le fonctionnement ou le dysfonctionnement de l’État, et les frustrations sociales qui en découlent et mettent en cause la légitimité du pouvoir, au point de se cristalliser, parfois, dans le recours à l’action subversive.

Le choix de Damiette n’est pas indifférent : la ville est certes, par sa localisation et son histoire, une exception. Damiette est en effet, depuis l’Antiquité une ville ouverte sur le monde ; elle a en outre bénéficié de ressources locales variées, tirées de l’agriculture et de la pêche. La combinaison de ces facteurs a engendré une citadinité affirmée, autour de producteurs et de commerçants qui ont pu jouir d’une autonomie relative, mais exce...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Lavergne, « Damiette, une ville prospère d’Égypte au péril de la mondialisation », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 14 | 2016, mis en ligne le 21 octobre 2018, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ema.revues.org/3626 ; DOI : 10.4000/ema.3626

Haut de page

Auteur

Marc Lavergne

Docteur en géographie, diplômé de Sciences Po Paris, licencié d’arabe moderne. Marc Lavergne est spécialiste des questions de développement économique et social, et des crises et conflits au Moyen-Orient et dans la Corne de l’Afrique. Il s’intéresse particulièrement à l’articulation entre les échelles locale, nationale et mondiale dans le contexte de la mondialisation. Il a dirigé plusieurs instituts de recherche français de recherche à l’étranger (CEDUST à Khartoum, CERMOC à Beyrouth et Amman, CEDEJ au Caire). Il est aujourd’hui directeur de recherche au CNRS (laboratoire CITERES, équipe EMAM (Monde arabe et méditerranéen) à l’Université de Tours.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org