Navigation – Plan du site

Entrées d’index

Mots-clés :

littérature
Haut de page

Texte intégral

Présentation

1Ecrit entre 1937 et 1940, Plutoland, dont le poème qui suit1 est extrait, fut publié au Caire en 1947. L'empreinte de T. S. Eliot, que Louis 'Awad déclarait idolâtrer, y est sensible. Dans sa préface, « Brisez les colonnes de la poésie », non seulement Louis 'Awad invitait à un renouvellement des thèmes et appelait à recourir au dialecte égyptien « soutenu », jugé par lui plus expressif que la langue classique, mais, en s'appuyant sur sa profonde connaissance de la poétique arabe et occidentale, il préconisait l'adoption de formes étrangères, comme la ballade ou le sonnet, et proposait de repousser les frontières de la métrique arabe héritée du Moyen-âge (lui-même « inventant » deux nouveaux mètres).

2Plutoland a exercé et continue d'exercer sur la poésie égyptienne et arabe une influence marquante.

3En 1989 Plutoland était réédité pour la première fois, accompagné d'une postface où, quelques mois avant sa mort, L. 'Awad mesurait le chemin parcouru, essayant d'évaluer l'intérêt et la fécondité d'une telle expérience (c'est ainsi qu'il caractérisait, dès l'origine, ce recueil). La jugeant positive, il en critiquait cependant l'élitisme et, « signe d'une angoisse irrésolue », l'emploi artificiel de références étrangères.

Le texte

Je meurs blessé à mort
et ta beauté vit et demeure
Ahmad Chawqi

4Si je demande

5Mais où sont les neiges d’antan ?

6Si je crie

7Alas ! poor Yorick

8mon lecteur n'aura pas une larme :

9Thaïs n'était pas différente du Cygne de la Volga

10- les danseuses sont vouées au pandemonium par les cheikhs d'al-Azhar et Yorick était le bouffon du roi.

11Je demande plutôt :

12Agamemnon, dis-moi,

13ta haine envers Paris

14enflammerait-elle encore ton cœur Agamemnon, dis-moi.

15Patrocle mourut pour rien

16Achille mourut pour rien.

17Et l’épée d'Antoine

18dans le cœur d'Antoine

19les flèches des yeux fendus

20et la lance d'Antoine

21dans le bouclier d'Octave

22taeterrima causa belli

230 frère Laurent dis-moi

24dans le caveau des Capulets tu foulas leurs sépultures, tu passas auprès de la rivière d'Elseneur

25Le prétendant était le comte Paris

26et Roméo fut le meurtrier du prétendant, le comte Paris,

27et Juliette la meurtrière de Roméo, meurtrier du prétendant, le comte Paris,

28et Shakespeare le meurtrier de Juliette, meurtrière de Roméo, meurtrier du prétendant, le comte Paris,

29Shakespeare qui chanta par la bouche de Florizel,

30il libéra l'esprit, tua Cordélia, éteignit

31les chandelles dans le ciel

32ô frère Laurent. Toi qui fus leur meurtrier.

33Toi le juge

34tue-moi.

35Patrocle mourut pour rien.

36Achille mourut pour rien.

37Cambridge, 23 février 1940

Haut de page

Notes

1 Traduit de l’arabe par Menha El Batraoui et Jean-Charles Depaule
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Louis 'Awad poète », Égypte/Monde arabe,Première série, 4 | 1990, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ema.revues.org/361

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org