Navigation – Plan du site
Bonnes feuilles

La violence politique en Égypte

Texte tiré du Rapport stratégique d’Al-Ahram pour l'année 1989

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’arabe par l'Atelier de traduction du CEDEJ (F. Burgat, S. Chiffoleau, V. Cauche et P. Eury)

Texte intégral

1Le Rapport stratégique 1988 avait abordé le phénomène de la violence politique en Égypte de 1982 à 1988. On y présentait la démarche adoptée pour analyser le développement du phénomène, ses différentes expressions, les forces politiques et sociales qui en sont à l'origine, leurs motivations ainsi que les modalités de la réponse du régime à leur égard. Pour respecter la vocation du Rapport de permettre un processus d'accumulation des connaissances, seule l'année 1989 sera traitée ici.

21989 a connu son lot de violence impliquant divers acteurs sociaux. On peut y distinguer deux cas de figure : la violence entre des organisations sociales et la violence entre l'une de ces organisations et l'État.

La violence opposant les organisations sociales entre elles

3Malgré une certaine augmentation du nombre des occurrences, la violence politique exercée par les différentes organisations sociales est en général – tant quantitativement que qualitativement – demeurée plutôt limitée. A l'université, entre les groupes religieux ou en leur sein, elle n'a en outre impliqué qu'un très petit nombre d'acteurs. Cette modération relative tient sans doute à plusieurs raisons, au premier rang desquelles le fait que les forces de sécurité ont continué à jouer un rôle actif. Leurs pouvoirs étaient, il est vrai, particulièrement étendus, la législation d'exception étant demeurée en vigueur sans interruption (à 17 mois près) depuis 1967. Sans doute la passivité politique ambiante a-t-elle par ailleurs limité le nombre des recoure à la violence. De plus, ces actions n'ont concerné le cas échéant, qu'un nombre très limité d'individus. Le fait que ne soit impliquée qu'une fraction de ces groupes sociaux (le plus souvent leur encadrement) en restreint ainsi considérablement la portée et l'impact.

4Une certaine modération dans les formes comme dans les instruments de cette violence (occupation de locaux, usage du bâton et du poignard, parfois du revolver) ressort de la comparaison avec les affrontements qui opposent ces groupes à l'appareil d'État et qui mettent en œuvre armes à feu et explosifs sièges et encerclements, descentes de police et autres assauts La relative modération des moyens de la violence intersociale explique ainsi la modestie des pertes qu'elle provoque. Cette violence à l'intérieur des groupes sociaux et en leur sein résulte généralement des causes suivantes :

  • causes idéologiques, et plus particulièrement religieuses, liées le plus souvent à la doctrine des formations (gama'ât) de l'islam politique et à leur manière d’agir à l'égard du régime. Elle résulte également de la manière dont le respect des obligations et l'obéissance due aux chefs sont mises en œuvre à l'intérieur de ces gama'ât.

  • causes professionnelles qui tiennent à des différends politiques ou financiers cachant habituellement des rivalités individuelles (accès aux promotions).

5L'année 1989 a connu trois cas d'utilisation de la violence:

  • le conflit au sein du Parti de l'Action socialiste, entre les membres des courants islamiste et socialiste, pendant et après la tenue du Ve congrès du parti en mars 1989. La simple annonce des résultats des élections du comité exécutif du part et la conquête de la majorité des sièges du comité par ce qui était connu comme le courant islamiste furent en effet contestées par ce qu'on appelait alors le courant socialiste, qui remit également en cause les modalités d'organisation du Congres ainsi que son ordre du jour. Les partisans des deux courants en vinrent à l'affrontement. Les partisans du courant socialiste, lequel avait perdu les élections, s'empressèrent de prendre le contrôle du siège du parti (dans les jardins de Koubba) et de s'y installer. Lors d'une tentative d'expulsion des occupants, des armes à feu, des chaînes métalliques et des cocktails molotov furent utilisés. Quoique d'une portée bien moindre, ces actes de violence se répétèrent au siège du Parti du travail de certains gouvernorats.

  • l'affrontement né de divergences d'ordre apparemment doctrinal, entre les gama'ât islâmiyya ou en leur sein. Ces luttes se sont le plus souvent déroulées à main nue ou à coups de poignard : à l'Université d'Alexandrie au mois de janvier (passage à tabac), à Bani.Swayf au mois de juin (coups de poignard) ou encore au Caire au mois de juillet où trois, membres de ces gama'ât furent arrêtés sous l'accusation d'avoir étranglé m de leurs collègues.

  • une dispute interne au syndicat des avocats, née de divergences relatives aux méthodes de gestion et dénonçant des gaspillages financiers ainsi que les modes de nomination des administrateurs permanents. Le groupe dissident, sous la direction de l'avocat Ahmad Nasser, tint une réunion qu'il qualifia d'« assemblée générale », au terme de laquelle furent annoncées des décisions dont la plus importante était le retrait de la confiance au président et au conseil syndical et la nomination d'une commission chargée de prendre en main le syndicat jusqu'à la tenue de nouvelles élections. Le refus, par le président, d'entériner ces décisions provoqua des tensions qui dégénérèrent en violences : occupation, par l'aile dissidente, des locaux du syndicat, coups de feu, jets de pierres, tentative d'incendie du bâtiment et saccage complet de son mobilier. Les accrochages se reproduisirent en juin 1989 pendant les élections du président et des membres du conseil syndical. Des coups de feu éclatèrent et des heurts opposèrent une nouvelle fois les deux clans.

La violence entre les organisations sociales et l’État

6Au contraire de la violence entre les acteurs sociaux, celte qui s'exerce entre ceux-ci et l'État se distingue par son excès tant quantitatif que qualitatif.

7Au cours de l’année 1989, une série d'actes de violence ont pris la forme de manifestations, d'émeutes et de grèves, remarquables par leur faible emprise géographique et sociale. A l'opposé, les arrestations et les poursuites policières ont touché de très nombreux groupes sociaux. L'examen de ces violences permet de faire les constations suivantes :

  • Les grèves, sous toutes leurs formes, ont été très nombreuses cette année là. Ce sont les ouvriers qui y ont eu le plus souvent recours, suivis, de loin, par les professions libérales puis les étudiants et enfin les paysans. Les moyens et les modalités de ces grèves se sont diversifiés mais d'une manière générale c'est l'occupation des locaux qui a été le plus fréquent puis le refus du travail, la grève de la faim et le refus de percevoir les salaires. Ces grèves naissaient habituellement de différends relatifs aux salaires, primes et indemnités, à quoi s'ajoutaient de nombreuses causes administratives et politiques. L'une des grèves les plus importantes de l'année est sans doute celte que rirent en juillet 1989 les ouvriers de la Compagnie du fer et de l'acier de Hilwan pour protester contre le refus de la société d'augmenter les primes et le traitement réservé à ceux qui en avaient formulé la demande. Le conflit rebondit de manière plus violente le premier août, les forces de sécurité envahissant la fabrique et provoquant des dommages matériels et corporels. Malgré l'occupation des locaux, la grève n'a paradoxalement pas eu – ce qui est exceptionnel dans ce genre de conflit – de conséquence sur la production, les horaires de travail ayant été respectés. L'autre grève remarquable fut celle que déclenchèrent les membres du cercle des enseignants de l'Université du Caire pour protester contre l'occupation, par la police, d'une parcelle de terrain sur laquelle ils envisageaient de construire leur club. Il semblerait que ce mouvement fut assez largement suivi par les enseignants et les étudiants.

  • Les manifestations sont restées le moyen d'expression privilégié de la violence sociale. Ce sont les manifestations estudiantines, dont certaines furent le fait des gama'ât islâmiyya qui, quantitativement, arrivent en tête, suivies de celles des ouvriers et de celles des gama'ât islâmiyya dans leur ensemble. Les revendications les plus fréquentes touchaient à la politique, tant intérieure (libertés publiques et droits de l'homme) qu'étrangère (cause palestinienne). Les autres manifestations avaient des objectifs corporatistes.

  • Les émeutes ont été les formes de troubles les moins répandues en 1989, tout comme en 1988 (cf. Rapport 1988 page 581-582) et ce sont les gama'ât qui y ont eu notamment recours. La plus importante des émeutes de 1989 eut lieu au Fayoum au mois d'avril. Elle donna lieu à des heurts entre la police et les membres de l'organisation Al-Jihad. La plupart des informations disponibles tendent toutefois à faire douter que les gama'ât aient véritablement pris l'initiative de la violence. Cela remet dès lors partiellement en cause la qualification d'émeute accolée à ce type d'action, même si la presse officielle a affirmé que les membres des gama'ât avaient ouvert le feu sur la police, laissant entendre que l'intention de troubler l'ordre était bien présente.

8Quelques remarques s'imposent :

  • Les ouvriers sont le groupe soda) qui recourt le plus à la grève. Cela peut s'expliquer par la nature même de ce groupe et des tâches qu'il exécute. En outre, la grève est une des formes qui affecte le plus radicalement le processus de production. Les autorités concernées se trouvent ainsi immédiatement informées des revendications formulées ; alors que les manifestations, qui n'ont pas d'influence directe sur la production, risquent de déboucher sur des affrontements avec les forces de sécurité, dont les ouvriers redoutent généralement qu'ils aient des répercussions sur leurs salaires.

  • Les étudiants ont plutôt tendance à choisir la manifestation. Ils y voient le meilleur des trois procédés. La grève des études a en effet des retombées directement néfastes et les émeutes ne constituent pas une méthode à laquelle ils ont l'habitude de recourir.

  • Généralement, les revendications d'ordre financier débouchent sur la grève dans la mesure où elle exerce une pression directe sur les institutions concernées.

  • Les revendications politiques s'expriment par contre plus naturellement par les manifestations et les émeutes, toutes méthodes qui touchent plus directement aussi bien les autorités politiques concernées que l'opinion publique et les médias.

9L'année 1989 s'est caractérisée par un nombre élevé de poursuites et de campagnes d'arrestations préventives de ceux en qui la police voyait une possible source de violence ou même simplement de tension politique. Ces campagnes (...) conduisirent à l'arrestation de plus de 2000 personnes appartenant pour la plupart aux gama'ât islâmiyya, suivies de très loin par les ouvriers et les étudiants.

10Les services de sécurité ont par ailleurs effectué des contrôles de routine auprès d'individus accusés d'avoir commis certains actes de violence, suivant de très près les activités des partis de l'opposition, notamment (selon le quotidien Al Wafd) lors des élections partielles de 1989 à l'Assemblée nationale dans la circonscription de Port Saïd.

11Trois dimensions fondamentales de la relation entre l'État et les organisations sociales se dégagent de l'examen de l'année 1989 :

  • la multiplicité des décès survenus lors des arrestations, pendant la poursuite des fugitifs. Plusieurs sources de l'opposition égyptienne, s'appuyant notamment sur l'absence de blessures occasionnées aux forces de police au cours de ces opérations et sur la difficulté qu'auraient eu les fuyards à ouvrir le feu à l'endroit (très passant) et au moment (de grande affluence) de leur arrestation, ont mis en doute le fait que les coups de feux aient été véritablement réciproques comme le prétendaient les membres des différents appareils de sécurité. Les meilleurs exemples, selon la presse nationale et l'opposition, sont le décès d'un membre du groupe AI-Jihad dans le quartier d’As'af, au centre du Caire et, en avril, dans un hôtel du quartier d'AI-Azhar, celui de deux autres d'entre eux accusés du meurtre d'un officier de police.

  • dans le même ordre d'idées, l'on a parfois fait porter la responsabilité de certains événements à un groupe déterminé d'individus au point de les arrêter. Cas le plus flagrant; le Parti communiste du Travail égyptien a été ainsi rendu responsable des événements survenus aux aciéries de Hilwan. Le procureur refusa toutefois implicitement cette manœuvre et fit libérer chacun d'eux sous caution, sans retenir à leur encontre la moindre accusation.

  • troisième et dernier phénomène marquant (selon les rapports de l'Association égyptienne des droits de l'homme, en cours de constitution, de l'Association arabe des droits de l'homme, d’Amnesty international ainsi que de nombreuses organisations internationales et de la presse égyptienne d'opposition) : les appareils de sécurité auraient torturé certains prisonniers d'opinion, tout particulièrement les membres de l'organisation nommée Parti communiste du Travail et ceux de l'organisation chiite démantelée en août 1989. Toutes ces mesures de sécurité, notamment les arrestations et les détentions préventives, n'ont pourtant pas suffi à réduire le nombre des protestations populaires. Elles ont augmenté par rapport à 1988. Le régime doit donc vraisemblablement élaborer des politiques susceptibles de répondre aux besoins fondamentaux des masses et ne pas s'appuyer seulement sur des politiques sécuritaires. La question se pose ainsi de savoir si la solution des problèmes politiques et sociaux ne contribuerait pas à diminuer l'expression de la violence populaire. En matière sociale, la marge d'action ne cesse pourtant de se réduire. Malgré l'engagement pris par l'État d'embaucher les jeunes diplômés, le taux de chômage s'aggrave. Outre son influence négative sur la reprise économique, ce problème influe grandement sur la sécurité au sens strict. Il est à l'origine d'une large part des frustrations sociales et peut-être même de ce repli sur la violence destructrice qui caractérise l'attitude d'une frange importante de la jeunesse, notamment des gama'ât islâmiyya. S'ajoutant au problème du chômage, l'effondrement des salaires et du niveau de vie d'un grand nombre d'individus nourrit l'augmentation quantitative des mouvements de protestation et de colère populaire (c'est le cas des ouvriers).

12La marge d'action en matière politique est sans doute plus large qu'en matière sociale puisqu'il suffirait d'améliorer le climat démocratique pour atténuer les tensions. La commission des partis politiques a pourtant refusé ces dernières années son agrément à près d'une dizaine d'entre eux. Sans compter ceux qui, au regard de l'expérience de leurs homologues, ont préféré ne pas présenter de demande. Une attitude plus libérale contribuerait assurément à instaurer un climat de plus grande stabilité. Cela ne pourrait toutefois se faire qu'au prix de la révision de toute une série de dispositions législatives restreignant la liberté politique, .dispositions adoptées pendant la seconde moitié des années 1970 et au début des années 1980.

13Le comportement de l'État à l'égard de l'activité de routine des différentes forces politiques doit encore être révisé. La réduction de la marge d'action qui leur est accordée, résultant notamment de la législation sur les partis, fait douter de la sincérité des mots d'ordres de l'État et engendre dans le même temps une colère dont il est difficile de nier l'influence néfaste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« La violence politique en Égypte », Égypte/Monde arabe, Première série, 4 | 1990, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ema.revues.org/358

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org