Skip to navigation – Site map

Être, devenir et ne plus être janûbi : parcours de l’identité « sudiste » entre le CPA et l’après 2011 dans un quartier populaire de la ville de Khartoum (Deim)

Barbara Casciarri
p. 65-84

Abstract

The paper is an attempt to apply the constructive and anti-primordialist approach to the issues of ethnicity and identity - an approach introduced in anthropology as a fruitful interpretative framework since the seminal work of F. Barth (1969) - to the analysis of ethnographical data collected between 2008 and 2015 in a lower-class quarter of central Khartoum, Deim. More precisely, we focus on the labels of « Southerner » (janûbi) and « Northerner » (shimâli), and how they are conceived and performed by the inhabitants of this quarter. By embedding the identity categorizations of local inhabitants in the particular history of the quarter’s genesis, during the colonial period, and its further development, parallel to urbanization dynamics of the capital, we underline two of the main issues regarding ethnicity and other identity dynamics. First, the active process of the construction of an overarching identity as « Dayâma » taking into account the plurality of ethno-tribal cultural representations through the insistence of an underlying class dimension. Second, the shifting borders of the ambiguous dichotomy of “Southern”/”Northern” and its cultural contents, whose political value is enhanced within the wider context of identity reconfigurations after the benchmark of South Sudan’s separation in 2011.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Dyûm Ash-Shargiya : genèse du quartier et pluralité des identifications par les habitants
Parcours urbains entre multi-ethnicité et dépassement de l’ethnicité à Deim
Reconfigurations et repolitisations de la dichotomie janûbi/shimâli
Des fausses ‘identités régionales’ : Sudistes et Nordistes à Deim
La fierté de se dire janûbi et la minimisation de l’être shimâli
Les déchirures multiples de l’après 2005 et 2011
Portraits de Dayâma entre Sud et Nord, entre l’avant et l’après 2011
Contextualiser les groupes ethniques et leur frontières : le Soudan et Deim comme laboratoires

Text / first lines

L’affirmation du caractère historiquement et socialement conditionné de l’ethnicité n’a rien d’inédit à l’heure actuelle quels que soient le pays ou le contexte particulier d’observation des phénomènes de cet ordre. La fluidité et la nature relationnelle des identifications ethniques, l’osmose qui caractérise leurs frontières, le rejet de toute approche essentialiste, sont désormais des acquis pour les sciences sociales depuis l’œuvre pionnière de F. Barth (1969), dont l’analyse constructiviste « messianique » a passé le test du temps (Hummel 2014 : 47) et, en dépit des critiques, a fixé une grille de lecture qui demeure incontournable pour la compréhension de ces dynamiques. L’approche inaugurée par Barth a également le mérite d’avoir déplacé le regard des contenus de l’ethnie à ses frontières : c’est justement en observant ces espaces mouvants de la délimitation entre « nous » et les « autres » que l’on peut saisir le jeu complexe des négociations par leurs ancrages dans des relat...

Top of page

References

Electronic reference

Barbara Casciarri, « Être, devenir et ne plus être janûbi : parcours de l’identité « sudiste » entre le CPA et l’après 2011 dans un quartier populaire de la ville de Khartoum (Deim) », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 14 | 2016, Online since 21 October 2018, connection on 24 May 2017. URL : http://ema.revues.org/3579 ; DOI : 10.4000/ema.3579

Top of page

About the author

Barbara Casciarri

Barbara Casciarri holds a PhD in Ethnology and Social Anthropology from the EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) in Paris, France. She did fieldwork focusing on economic and political anthropology issues among pastoral Arab-speaking groups of Sudan (1989-2016) and on the relationship between Berber-speaking pastoralists and Arab-speaking farmers in South-Eastern Morocco (2000-2006). She has been the coordinator of the CEDEJ (Centre d’Etudes et Documentation Economique et Juridique) in Khartoum between 2006 and 2009. Since 2004 she is Associate Professor at the Department of Sociology, University Paris 8 (France) and researcher at the LAVUE–UMR 7218.

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org