Navigation – Plan du site

Perceptions and management of gender roles and dynamics inside OpAntiSH Intervention Teams in Cairo

Perception et gestion des rôles et dynamiques de genre dans les équipes d’intervention de OpAntiSH, au Caire
Leslie Piquemal
p. 133-152

Résumés

Nombre d’initiatives contre le harcèlement et la violence sexuelle ont été formées par des citoyens égyptiens depuis 2011 pour faire face à la montée de la violence sexiste contre les femmes dans la sphère publique. Parmi les groupes spécialistes de l’intervention directe contre les agressions sexuelles collectives place Tahrir (le Caire), Operation Anti-Sexual Harassment/Assault (OpAntiSH) était le seul qui a toujours intégré les bénévoles hommes et femmes dans toutes ses équipes, y compris celles d’intervention. Cette étude de la gestion et la perception des dynamiques de genre par les volontaires des équipes d’intervention en 2012-14 est basée sur l’analyse microsociologique des données rassemblées à travers l’observation participante et des entretiens semi-directifs durant cette période.

Cette contribution traite d’abord des motivations des bénévoles femmes — selon leurs récits — pour leur engagement des équipes d’intervention, un choix qui peut être perçu comme contre-intuitif ou mal considéré dans la société égyptienne, dans laquelle le modèle dominant des rôles de genre reste très proche du modèle de la masculinité hégémonique. Beaucoup d’entre elles ont cadré ce choix dans une lecture identitaire du phénomène des agressions sexuelles collectives comme visant l’ensemble de femmes comme sujets politiques dans l’espace public, et de leur engagement comme moyen de résistance et de regain de capacité d’action (agency). Leur présence dans les équipes d’intervention était d’abord un problème pour beaucoup de volontaires, qui ont développé des techniques et stratégies d’adaptation pour le gérer. Parmi ces dernières, on relève des manières spécifiques de pratiquer le genre au sein du groupe, et une variété d’approches à la négociation des rôles de genre dans les équipes. Plus largement l’intervention comprenait un processus d’apprentissage sur le genre pour certains volontaires, dont le point de vue sur la présence des femmes a évolué — bien que cela soit resté problématique pour d’autres, dissidents silencieux. En fin de compte, la particularité de l’expérience d’OpAntiSH est liée à la création d’une sphère sociale où règnent l’égalité de genre et la solidarité, tournée vers l’union des forces des hommes en femmes en tant qu’égaux, pour lutter contre la violence sexuelle de masse dans l’espace public — et ce dans une société très inégalitaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Why women joined OpAntiSH Intervention teams: gender identity and agency
Men, women and the issue of female volunteers in Intervention
Performing gender, coping strategies and the negotiation of gender roles
Dissent, learning and creating a sphere of gender equality

Aperçu du début du texte

Operation Anti-Sexual Harassment/Assault (known as OpAntiSH or al-Quwwa dedd al-taharrush) is a collective founded in November 2012 to fight the growing phenomenon of extremely violent mass sexual assaults against women during large gatherings in or around Tahrir Square, in central Cairo. Human rights groups and activists have reported them repeatedly during large political gatherings in this area since 2011. In fact, such cases had sporadically occurred in different crowd contexts (protests, football games, holiday crowds, concerts) in the public sphere since the mid-2000s in Egypt. Perpetrators – mostly all male – have included police or military forces, “baltageyya (“thugs,” civilians serving as police auxiliaries), young boys on the street, or men and youths attending a cultural or political event. The mob assaults in Tahrir Square since 2011 have ranged from mass groping to the stripping and gang rape of women using hands, and occasionally blunt or sharp objects as well.

This t...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leslie Piquemal, « Perceptions and management of gender roles and dynamics inside OpAntiSH Intervention Teams in Cairo », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 13 | 2015, mis en ligne le 10 novembre 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ema.revues.org/3540 ; DOI : 10.4000/ema.3540

Haut de page

Auteur

Leslie Piquemal

Leslie Piquemal is a former academic, now working in the field of human rights advocacy. She earned a PhD in Middle Eastern Politics from the Paris Institute of Politics Studies (IEP Paris - Sciences Po) in 2012. As a doctoral and post-doctoral researcher, she was affiliated to the CEDEJ in Cairo, where she lived for 10 years. After her PhD she returned to Sociology to conduct fieldwork about the new collectives fighting gender-based violence in the public sphere in Cairo. Leslie Piquemal is the author of a PhD thesis about the Egyptian Muslim Brotherhood’s political project at the end of the Mubarak era, as well as a number of academic articles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org