Navigation – Plan du site

Reconsidérer la dépolitisation : l’approche du témoin de HarassMap et la création d’une masse critique pour lutter contre le harcèlement sexuel en Égypte

Reconsidering de-politicization: HarassMap’s bystander approach and creating critical mass to combat sexual harassment in Egypt
Angie Abdelmonem
Traduction de Mathilde du Pradel
Cet article est une traduction de :
Reconsidering de-politicization: HarassMap’s bystander approach and creating critical mass to combat sexual harassment in Egypt

Résumés

Cet article explique en quoi le travail réalisé au niveau communautaire par les initiatives anti-harcèlement sexuel représente un processus politique pour venir à bout du harcèlement en Egypte. Depuis la révolution égyptienne, les initiatives d’orientation communautaire ont employé des stratégies visant à transformer les perceptions sociales et les comportements liés au harcèlement sexuel dans l’espace public. Ces stratégies, comme celles de HarassMap, comprennent la conduite de campagnes de sensibilisation au niveau de la rue et l’emploi de plateformes technologiques pour recadrer la notion de responsabilité sociale et bousculer les stéréotypes de genre. Pourtant, nombre de chercheurs ont remis en question ce travail—particulièrement les activités plus anciennes du Egyptian Center for Women’s Rights (ECWR)—estimant qu’il représente un évitement de l’engagement politique et ne se confronte pas aux inégalités structurelles de genre. Cet article utilisera l’argument de Finnemore et Sikkink (1998) sur l’émergence des normes pour soutenir que les initiatives anti-harcèlement sexuel comme HarassMap envisagent le changement social à travers la construction d’une masse critique autour de nouvelles normes sociales. En minant les normes patriarcales rejetant la faute sur les victimes, et en encourageant le public à intervenir contre le harcèlement dans la sphère publique, HarassMap crée une nouvelle représentation de la responsabilité sociale. Quand un seuil critique est atteint, les activistes de HarassMap sont d’avis qu’une revendication publique émergera pour forcer des réformes étatiques, juridiques et politiques, pour protéger les femmes dans l’espace public. De telles approches axées sur le niveau communautaire sont politiques, mais les groupes réformistes comme HarassMap ne recherchent de tels résultats que lorsqu’il existera suffisamment de volonté publique de changement.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’approche du témoin ou du spectateur, bystander approach en anglais, est une des approches liées à la prévention des violences sexuelles, qui encourage les individus à s’approprier le problème du harcèlement sexuel et à intervenir et s’exprimer lorsqu’ils sont témoins de harcèlement physique ou verbal. (Note du traducteur)

Notes de l’auteur

Les informations sur lesquelles cet article est basé sont issues des recherches doctorales de l’auteure, pour lesquelles elle a bénéficié de la bourse n° 1357477 de la National Science Foundation (USA).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les détracteurs du militantisme anti-harcèlement
Normes, témoins et masse critique : considérations théoriques
HarassMap : origines et mission
Créer de nouvelles normes sociales
L’intervention des témoins et la création d’une masse critique
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis le renversement de Hosni Moubarak en février 2011, le phénomène du harcèlement sexuel dans les lieux publics fait l’objet d’une attention grandissante. Dès 2008, le Centre Égyptien pour les Droits des Femmes (CEDF), une des premières ONG à faire spécifiquement campagne contre le harcèlement sexuel dans les lieux publics, publiait un rapport selon lequel 83 % des Égyptiennes et 98 % des étrangères enquêtées déclaraient avoir subi des actes de harcèlement sexuel. La campagne du CEDF, « Rendre nos rues sûres pour tout le monde », définissait le harcèlement sexuel comme un problème en grande partie culturel, social et psychologique et utilisait des techniques axées sur la communauté, ainsi que des moyens technologiques novateurs afin d’accroître la sensibilisation de l’opinion publique à cette question. Cependant, les détracteurs de cette campagne soutenaient que l’accent placé sur les causes sociales et culturelles du harcèlement sexuel ne conduisait qu’à des interventions socia...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angie Abdelmonem, « Reconsidérer la dépolitisation : l’approche du témoin de HarassMap et la création d’une masse critique pour lutter contre le harcèlement sexuel en Égypte », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 13 | 2015, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://ema.revues.org/3532

Haut de page

Auteur

Angie Abdelmonem

Angie Abdelmonem est actuellement doctorante en anthropologie à l’École de l’Evolution Humaine et du Changement Social (School of Human Evolution and Social Change) à l’Université d’État de l’Arizona. Sa spécialisation porte sur les ONG, les mouvements sociaux, le développement et la violence sexiste. Sa thèse examine le rôle des entités de la société civile et des initiatives indépendantes en matière de lutte contre le harcèlement sexuel de rue. En 2005-2006, elle a effectué un stage d’un an au sein du Centre Égyptien pour les Droits des Femmes (Egyptian Center for Women’s Rights), travaillant sur des projets relatifs au harcèlement sexuel, aux mutilations génitales féminines et à l’obtention du statut consultatif auprès des Nations Unies. Entre 2013 et 2014, elle a passé l’année à effectuer un travail d’observation participante au sein de HarassMap, ainsi qu’à observer et interviewer des militants de plusieurs autres ONG et initiatives indépendantes luttant contre le harcèlement sexuel, dont ed el-Taharrush, arakat Bassma, Shoft Taharrush, and Nazra pour les études féministes (Nazra for Feminist Studies). Depuis 2015 et jusqu’à 2017, elle participe à un projet conjoint financé qui examine l’intersection entre médias de masse, violence sexiste publique et politiques de respectabilité. Publications: Abdelmonem, Angie. 2015. “Reconceptualizing Sexual Harassment: A Longitudinal Assessment of El-Taharrush El-Ginsy in Arabic Online Forums and Anti-Sexual Harassment Activism.” Kohl: Journal of Gender and Body Research. Fahmy, Amel, Abdelmonem, Angie, Hamdy, Enas, Badr, Ahmed & Hassan, Rasha. 2014. “Toward a Safer City: Sexual Harassment in Greater Cairo: Effectiveness of Crowdsourced Data.” HarassMap Report (rapport complet en anglais), http://harassmap.org/en/wp-content/uploads/2013/03/Towards-A-Safer-City_full-report.pdf. angie.abdelmonem@asu.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org