Navigation – Plan du site

Ethnographie de la self-défense féminine dans le Caire révolutionnaire. Modalités de mise en récits de la violence des femmes

Ethnography of feminine self-defense in revolutionary Cairo. Creating narratives of women’s violence
Perrine Lachenal
p. 79-91

Résumés

A partir d’un travail ethnographique mené au Caire dans les cours de self-défense destinés aux femmes, cette contribution se concentre sur les enjeux d’énonciation de la violence féminine et des légitimités différenciées et hiérarchisées qui lui sont relatives. Les commentaires relatifs à la violence tenus par les actrices et acteurs de mon terrain, qui s’emploient à lui donner cadre et à en définir les modalités « normales » d’avènement, seront envisagés comme des discours travaillés par des enjeux de pouvoir, informant sur les ordres sociaux et sexués ainsi que sur certaines recompositions du système du genre qu’a entraîné la période révolutionnaire. Quels sont les cadres rendant intelligible l’usage de la violence par les femmes ? Comment se définissent les modalités acceptables d’avènement et de représentation de cette violence au féminin ? Différentes modalités de « mises en récits » seront ainsi identifiées. Violence populaire, monstrueuse, sous-tutelle, masculinisante, spectaculaire ou encore « révolutionnaire » : les paroles des pratiquantes et professeurs de self-défense laissent apparaître en creux différents récits qui ont en commun de rendre intelligible la violence des femmes, tout en la contraignant. La position sociale, l’appartenance sexuée et la situation matrimoniale déterminent pour chaque personne le champ des possibles et des impossibles en matière de violence, confirmant que l’ordre social est imbriqué dans celui des sexes. L’identification de ces récits, et de la manière dont ils se traduisent à travers des référents locaux, permet de nourrir une réflexion plus large portant sur les représentations de la violence des femmes en Égypte.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Violence des femmes : violence populaire ?
Violence féminine et conjugalité, l’impossible négociation
Une violence masculinisante : la puissance des femmes en question
Séduire : l’enjeu de la sexualisation des corps
Une ressource révolutionnaire
Conclusion

Aperçu du début du texte

Lorsque j’ai commencé ma thèse d’anthropologie, en octobre 2010, je comptais me concentrer sur la manière dont les cours de self-défense féminine organisés au Caire offraient des occasions de reformulations, à travers un engagement singulier des corps féminins, des attributions de genre et des définitions des catégories sexuées. Je ne soupçonnais pas alors l’ampleur du soulèvement qui allait, trois mois plus tard, transformer radicalement la situation politique et sociale en Égypte. Je me suis finalement rendue compte, au fil de mes séjours sur le terrain, que l’objet d’étude choisi – la self-défense féminine – constituait un excellent point d’observation de la société égyptienne révolutionnaire. Les manières de faire et de dire cette pratique – qui impliquent des représentations spécifiques du genre, de la violence et de la légitime défense – ne sont en effet pas fixes et muent sans cesse depuis le début de la révolution. Ces mutations informent sur la société égyptienne contempora...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Perrine Lachenal, « Ethnographie de la self-défense féminine dans le Caire révolutionnaire. Modalités de mise en récits de la violence des femmes », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 13 | 2015, mis en ligne le 10 novembre 2017, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ema.revues.org/3511 ; DOI : 10.4000/ema.3511

Haut de page

Auteur

Perrine Lachenal

Perrine Lachenal est docteure en anthropologie, affiliée à l’IDEMEC (UMR 7307) à l’Université Aix-Marseille. Ses axes de recherche sont les recompositions contemporaines du pouvoir dans l’Egypte révolutionnaire, à travers l’observation des corps et la mobilisation du genre. Sa thèse, réalisée dans ce laboratoire sous la direction de Laurence Hérault, porte sur la pratique de la self-défense féminine comme l’objet ethnographique au travers duquel elle interroge cette période historique. Parmi ses dernières publications : « Martyrs ou voyous ? Mise en récits et mise en images de la révolution égyptienne », Archives de sciences sociales des religions, 2015, numéro thématique « Le religieux à l’épreuve des révoltes dans le monde arabe » ; « Beauty, the Beast and the Baseball Bat. Ethnography of Self-Defense Courses for Upper-Class Women in Revolutionary Cairo [Égypte] », Comparative Sociology, 13, 2014 : 58-77 ; « Être une fille autrement ? Self-défense féminine au Caire », Jeunesses Arabes. Loisirs, culture et politique, L. Bonnefoy, F. Burgat, M. Catusse (dir.), La Découverte, 2013 : 211-220.plachenal@mmsh.univ-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org