Navigation – Plan du site

Les « femmes de Sissi » ? Mutations des discours du genre et limites du féminisme d’État

El-Sissi’s Women? Shifting gender discourses and the limits of state feminism
Hind Ahmed Zaki
Traduction de Perrine Lachenal
Cet article est une traduction de :
El-Sissi’s Women? Shifting gender discourses and the limits of state feminism

Résumés

Suite au renversement de l’ancien président Morsi lors d’énormes manifestations en juin-juillet 2013, un nouveau discours spécifique sur le genre a commencé à apparaitre en Égypte. Centré sur le haut niveau de participation des femmes de toutes origines sociales à ces manifestations, ce nouveau discours à succès est articulé dans la langue vernaculaire, dans les médias, dans les écrits d’intellectuels et d’analystes politiques. Il met l’accent sur un soutien présumé unanime et incontesté des « femmes égyptiennes », comme catégorie uniforme, pour l’armée égyptienne dans sa guerre contre le terrorisme islamiste et pour l’État militaire, ainsi que sur leur engouement supposé universel, pour le Président Abd al-Fattâh al-Sissi. Cela indique la montée en puissance d’une nouvelle forme discursive de féminisme d’État, cherchant à effacer une histoire riche et diverse de quatre ans de mobilisations liées au genre.

Cette contribution déconstruit le mythe des « femmes d’al-Sissi » en référence à des modèles spécifiques d’imaginaires genrés de l’État-nation et des femmes égyptiennes au vingtième siècle, ainsi qu’à leurs expressions politiques—ainsi qu’aux représentations « révolutionnaires » émergentes des femmes depuis 2011. Ces images et ces récits nous permettent de décoder le mythe des « femmes d’al-Sissi » porté par les médias, et de l’analyser en tant que volonté de construire une forme discursive aussi nouvelle que troublante, du féminisme d’État. La politisation des images de femmes, dansant devant les urnes lors de la présidentielle de 2014 ou exprimant leur soutien à leur candidat favori, al-Sissi, dans des vidéos, fait partie de cette tentative discursive de masquer la multitude de revendications adressées par les femmes à l’État et, et de lectures des droits des femmes. En construisant l’image des « femmes égyptiennes » comme catégorie unique et en réduisant au silence les voix alternatives et indépendantes, ce nouveau féminisme d’État instrumentalise les femmes et leurs problématiques à des fins politiques, en cette période de vive polarisation politique et identitaire, tout en ne leur donnant que très peu en retour.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le féminisme d’État en Égypte depuis ses fondements
Nationalistes ou islamiques ? Femmes et conflits d’identité
Les femmes de Sissi ou la généralisation à l’œuvre
Conclusion

Aperçu du début du texte

Égypte, mai 2014 : en cette veille d’élection présidentielle, à l’entrée des bureaux de vote, des files de personnes attendent, patiemment et sous le soleil, que leur tour arrive. Beaucoup de femmes sont présentes parmi elles, ainsi qu’aiment à le mentionner les médias. Dès le premier jour du scrutin, des vidéos circulent d’ailleurs sur les réseaux sociaux, montrant des Égyptiennes issues de toutes les classes sociales, faisant la fête et dansant devant les bureaux de vote. Le soutien visible des femmes pour le candidat de l’armée, Abd El-Fattah El-Sissi, est alors largement commenté dans la presse, voire même légèrement tourné en dérision par certains observateurs locaux et internationaux. Ces images de jubilation féminine circulent en Égypte au moment où l’idée commence à se répandre que les femmes égyptiennes ont joué un rôle déterminant dans la chute des Frères musulmans. Elles viennent ainsi alimenter les interprétations en termes de genre, déjà relayées médiatiquement aussi, d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hind Ahmed Zaki, « Les « femmes de Sissi » ? Mutations des discours du genre et limites du féminisme d’État », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 13 | 2015, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://ema.revues.org/3510 ; DOI : 10.4000/ema.3510

Haut de page

Auteur

Hind Ahmed Zaki

Hind Ahmed Zaki is a PhD Candidate in the Department of Political Science at the University of Washington. She holds an MA in Political Science from the University of Washington and a B.A in Political Science from Cairo University. She is a Comparative Law and Social Studies (CLASS) fellow at the University of Washington and a graduate student instructor who teaches courses on Middle East Politics and Governance, Gender and Public Law. In her dissertation, Hind aims to develop a clearer understanding of the phenomenon of sexual violence and its manifestations in Tunisia and Egypt, and to highlight the central turning points in the creation of what could be termed a “culture of sexual violence” at the intersection of the state and society. She analyses how sexual violence became politicized in the wake of the Arab spring last four years in both states, and how it played out in formal and informal political processes including the Truth and Dignity Committee in Tunisia, and the mass sexual assaults in Tahrir Square. In addition to her academic work, Hind served as consultant to a number of local women’s rights organizations in Egypt. She was recognized as a “Woman of Courage” by the UW Women’s Center for her advocacy of human rights and gender justice. She publishes in both English and Arabic on issues of women’s rights and gender inequality, particularly in North Africa and the Middle East.hinda@uw.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org