Navigation – Plan du site
Quatrième partie : des modalités d’utilisation du web « différentes » : regard sur la Tunisie

Contestation en ligne dans la Tunisie prérévolutionnaire. L’expérience de SfaxOnline

Michele Carboni, Maria Paola Crisponi et Giovanni Sistu
p. 231-252

Résumés

Au début des années 90, la Tunisie devient le premier pays arabe et africain à se connecter à Internet, faisant de la diffusion du réseau en ligne un motif d’orgueil et un instrument de propagande. Le régime de Ben Ali investit avec conviction dans les nouvelles technologies en agissant simultanément sur deux fronts. Si d’un côté, des politiques visant à leur promotion sont adoptées, de l’autre, un système de contrôle rigide se met en place. Le régime tunisien deviendra rapidement l’un des plus répressifs au monde en ce qui concerne le contrôle de la toile. Malgré cela, à la fin des années 90, les premiers signes de politisation, utilisée à des fins de contestation, apparaissent sur Internet.
L’expérience du site SfaxOnline, qui apparait en 2008 et donne forme à cette contribution, concourt à l’approfondissement de la connaissance de l’utilisation de la toile à des fins contestataires dans la Tunisie prérévolutionnaire. En effet, ce n’est pas la Révolution qui a transformé Internet en outil de contestation. Le cas de SfaxOnline présenté dans cette recherche témoigne de l’antériorité du phénomène tout en contribuant à faire comprendre comment Internet a réussi à conquérir un espace qui deviendra par la suite fondamental dans les dynamiques révolutionnaires.
L’histoire de SfaxOnline contribue par ailleurs à corriger l’idée –qui ne correspond pas à la réalité- d’un peuple tunisien apathique et totalement passif face au régime dictatorial. Jusqu’à la Révolution de 2011, cette image a caractérisé différentes analyses sur les Tunisiens et sur le monde arabe en général.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La politisation du réseau : de Takriz à la Révolution
Les premiers signes
Des blogs à Facebook
L'expérience de SfaxOnline
Un projet commun
Au-delà du réseau
Résister
Conclusion

Aperçu du début du texte

Avant la Révolution tunisienne, l’utilisation d’Internet comme espace de contestation et de résistance au régime de Ben Ali était un phénomène peu connu et peu étudié. D’une manière plus générale, avant les printemps arabes, parler de médias dans le monde arabe (et pas seulement en Tunisie) signifiait parler presque exclusivement d’Al Jazeera. Le fait qu’Internet - et en particulier Facebook – ait joué un rôle dans les dynamiques révolutionnaires tunisiennes est connu et incontestable. Toutefois, il est aussi vrai que ce rôle a été limité. D’une manière plus générale, le rôle des Techniques de l’Information et de la Communication (TIC) peut être qualifié, pour reprendre la synthèse efficace de Béchir Ayari et Geisser, de certes non marginal, mais non déterminant non plus. Ce rôle est ainsi différent de celui que présente les mass médias en particulier, qui font de la toile (et des TIC en général) le deus ex machina de la révolte.

Une emphase excessive à propos du rôle d’Internet dan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michele Carboni, Maria Paola Crisponi et Giovanni Sistu, « Contestation en ligne dans la Tunisie prérévolutionnaire. L’expérience de SfaxOnline », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 12 | 2015, mis en ligne le 25 mars 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ema.revues.org/3463 ; DOI : 10.4000/ema.3463

Haut de page

Auteurs

Michele Carboni

Michele Carboni est actuellement est chercheur associé au CRENoS, Université de Cagliari et Université de Sassari (Italie). Il a obtenu son Master en International Cooperation - Development à l'ISPI (Institut pour les Etudes de Politique Internationale, Milan) et son Doctorat en Etudes Africaines à l'Université de Cagliari.
Michele Carboni is currently Associate Researcher at CRENoS, University of Cagliari and University of Sassari, Italy. He holds a Master in International Cooperation - Development from ISPI (Institute for International Political Studies, Milan), and a PhD in African Studies from the University of Cagliari.
michele.carboni@crenos.unica.it

Maria Paola Crisponi

Maria Paola Crisponi est actuellement assistante de recherche au CRENoS, Université de Cagliari et Université de Sassari (Italie). Elle a obtenu son Máster Europeo en Estudios Latinoamericanos : Diversidad Cultural y Complejidad Social à la Universidad Autónoma de Madrid.
Maria Paola Crisponi is currently Assistant Researcher at CRENoS, University of Cagliari and University of Sassari, Italy. She holds a Máster Europeo en Estudios Latinoamericanos : Diversidad Cultural y Complejidad Social from the Universidad Autónoma de Madrid.
mariapaola.crisponi@crenos.unica.it

Giovanni Sistu

Giovanni Sistu est professeur de géographie à l'Université de Cagliari et chercheur au CRENoS, Université de Cagliari et Université de Sassari (Italie).
Giovanni Sistu is Professor of Geography at the University of Cagliari and Researcher at CRENoS, University of Cagliari and University of Sassari (Italy).
sistug@unica.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org