Navigation – Plan du site
Troisième partie : le système hybride en Égypte et le rôle des nouvelles technologies

L’espace politique virtuel avant et après la chute de Moubarak : une critique des réseaux sociaux digitaux en Egypte

Enrico De Angelis
p. 195-227

Résumés

En intégrant les théories critiques des médias avec une approche sociologico-ethnographique, cet article revient sur les dynamiques de la sphère virtuelle de l’activisme politique égyptien, avant et après la chute de Moubarak.
La thèse que l’on souhaite démontrer à travers cette analyse se base en apparence sur un paradoxe : d’une part, les réseaux digitaux des activistes ne constituent pas un espace égalitaire et horizontal, mais sont plutôt caractérisés par des hiérarchies de visibilité et de pouvoir qui tendent à reproduire celles existantes dans la société. D’autre part, c’est précisément ce « manque de démocratie » qui facilite l’instrumentalisation politique des nouveaux médias par des groupes d’activistes, dans le cadre de la contestation contre le régime au pouvoir. L’organisation des réseaux du Net permet de créer un « environnement social » capable de filtrer les contenus qui circulent sur la Toile, de les placer dans un contexte et de leur donner de la visibilité. Cela permet également de produire des narratives révolutionnaires cohérentes et capables d’induire de nouvelles formes d’engagement politique.
La deuxième partie de l’article est consacrée à l’évolution de la sphère publique en réseau après la chute de Moubarak. Après 2012, internet ne semble plus être un « médium tactique » aussi efficace qu’auparavant. Les changements relatifs au contexte politique, aux dynamiques propres à la Toile et aux pratiques qui la caractérisent sont autant d’éléments ayant contribué à affaiblir la capacité d’usage des nouveaux médias comme instruments au service de la politique de la dissension.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La nature (non) démocratique des « networks »
Stratégies de représentation et micro-célébrités des réseaux de blogueurs égyptiens
La croissance de la sphère virtuelle égyptienne
Les réseaux hiérarchiques d’activistes et les récits anti-régime
La « démocratisation » de l’espace politique virtuel et sa fragmentation
Les réseaux sociaux, d’outil de mobilisation à arène de débat politique
L’individualisme et la production de récits dans la phase post-révolutionnaire
La production de récits anti-hégémoniques après la chute de Moubarak
Tamarod et la ré-appropriation des pratiques de l’activisme
Conclusion : internet, un instrument encore démocratique ?

Aperçu du début du texte

« Le canal de distribution est bien plus large, mais même quand vous parvenez à rassembler tout le monde, ils continuent de vouloir avoir une superstar »
(Eric Schmidt, Président exécutif du conseil d’administration de Google).

« Les forces de répression n’empêchent pas les gens de s’exprimer, elles les forcent au contraire à s’exprimer. Douceur de n’avoir rien à dire, droit ne n’avoir rien à dire, puisque c’est la condition pour que se forme quelque chose de rare ou de raréfié qui mériterait un peu d’être dit. Ce dont on crève actuellement, ce n’est pas du brouillage, c’est des propositions qui n’ont aucun intérêt »
(Gilles Deleuze).

Au cours d’une discussion tenue sur Facebook en septembre 2013, le blogueur Alaa Abdel Fattah se plaint de l’incapacité collective des révolutionnaires à reconnaître qu’il y a « un monde pré-Rab’a et un monde post-Rab’a ». Au lendemain du massacre de Maspero en octobre 2011, les cyber-activistes ont montré qu’ils avaient la capacité de produire des réc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Enrico De Angelis, « L’espace politique virtuel avant et après la chute de Moubarak : une critique des réseaux sociaux digitaux en Egypte », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 12 | 2015, mis en ligne le 25 mars 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://ema.revues.org/3456 ; DOI : 10.4000/ema.3456

Haut de page

Auteur

Enrico De Angelis

Media researcher specialized in the Arab world. He was adjunct professor at Faculty Roberto Ruffilli of University of Bologna and he obtained his PhD in 2009 at Department of Sciences of Communication at University of Salerno with a research on Syrian media. He authored a monography on the relationship between media and conflict and wrote several articles on the role of new media and the dynamics of the networked public sphere in the MENA region. He has lived in Cairo since September 2011.
Chercheur en médias spécialisé sur le monde arabe. Il a enseigné en tant que professeur adjoint à la Faculté Roberto Ruffilli de l’Université de Bologne et a obtenu son doctorat en 2009 dans le département des Sciences de la Communication de l’Université de Salerne, avec une recherche sur les médias syriens. Il est l’auteur d’une monographie sur la relation entre médias et conflits et a publié de nombreux articles sur le rôle des nouveaux médias et les dynamiques de la sphère publique en réseau dans le monde arabe. Il vit au Caire depuis septembre 2011.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org