Navigation – Plan du site
Troisième partie : le système hybride en Égypte et le rôle des nouvelles technologies

Les graffitis de la rue Mohammed Mahmoud. Dialogisme et dispositifs médiatiques

Zoé Carle et François Huguet
p. 149-176

Résumés

Partant d’un double point de vue, à la fois empirique et numérique, cet article observe la relation entre l’émergence spectaculaire de graffitis dans l’espace urbain du Caire et l’essor des médias sociaux dans le développement d’une nouvelle culture contestataire en Egypte. Nous concentrons notre étude sur les graffitis de la rue Mohamed Mahmoud pour observer comment cet espace urbain particulier devient un espace médiatique et symbolique par le biais de son investissement par les réseaux sociaux. La rue en elle-même est l’espace privilégié d’une nouvelle forme d’expression, le graffiti, une zone d’écriture en acte que nous pouvons définir selon la terminologie de Béatrice Fraenkel comme un sanctuaire d’écriture (Fraenkel, 2002) qui nous semble être le laboratoire de nouvelles pratiques d’action et d’expression collective au sein de la jeunesse égyptienne. En effet, la ville du Caire a connu récemment l’émergence d’un nouvel ordre graphique dans lequel les citoyens inscrivent leurs actes de résistance par le biais de représentations picturales ou scripturales. Ces inscriptions doivent être prises en compte avec leurs représentations numériques qui les reproduisent ou les discutent sur Internet. Ensemble, elles semblent avoir initié dans le monde arabe contemporain un mécanisme complexe : une succession d’actes articulés les uns aux autres qui produisent de nouvelles situations de communication et d’échange (Gonzalez-Quijano, 2011). Ce travail vise ainsi à évaluer l’importance de la rue Mohamed Mahmoud comme lieu d’exposition de formes dialogiques d’écriture dans le changement socioculturel que connaît une certaine partie des publics égyptiens et plus largement arabes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

De la circulation des écritures exposées
Mohamed Mahmoud, palimpseste de la révolution égyptienne
Le domaine public : graffitis et Internet
Graffitis et dispositifs médiatiques alternatifs
Conclusion

Aperçu du début du texte

Rue Mohammed Mahmoud, Le Caire (Égypte), janvier 2013

Rue Mohammed Mahmoud, Le Caire (Égypte), janvier 2013

Crédits photo : Zoé Carle

Rue Mohammed Mahmoud, Le Caire (Égypte), novembre 2013

Rue Mohammed Mahmoud, Le Caire (Égypte), novembre 2013

Crédits photo : François Huguet.

« En réalité et en pratique, le vrai message, c’est le médium lui-même, c’est-à-dire, tout simplement, que les effets d’un médium sur l’individu ou sur la société dépendent du changement d’échelle que produit chaque nouvelle technologie, chaque prolongement de nous-mêmes, dans notre vie.  »

McLuhan, M., 1977 [1964], Pour comprendre les médias, Le Seuil, Paris, p. 37.

De la circulation des écritures exposées

De nombreux travaux ont abordés les graffitis égyptiens, forme la plus visible d’un « art révolutionnaire » apparu avec les soulèvements de janvier 2011 ; néanmoins, un aspect particulier de ces productions culturelles reste peu étudié, celui du rapport qu’elles entretiennent avec les médias numériques. À partir d’une double perspective disciplinaire, entre anthro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zoé Carle et François Huguet, « Les graffitis de la rue Mohammed Mahmoud. Dialogisme et dispositifs médiatiques », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 12 | 2015, mis en ligne le 25 mars 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://ema.revues.org/3449 ; DOI : 10.4000/ema.3449

Haut de page

Auteurs

Zoé Carle

Département de Littérature française et comparée - Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.
Doctorante en littérature comparée au sein du CERC (Centre d’Etudes et de Recherches Comparatistes) de l’université Paris 3. Ses recherches portent sur les liens entre littérature populaire et littérature d’avant-garde, en particulier sur la poétique des slogans révolutionnaires, en tant qu’outil de création d’un imaginaire révolutionnaire dans certains moments historiques et en tant que modèle de création en littérature. Elle étudie en particulier le cas de l’Egypte contemporaine et la création artistique révolutionnaire depuis janvier 2011.
zoe.carle@gmail.com

François Huguet

Département de Sciences Économiques et Sociales - Telecom ParisTech
François Huguet est doctorant au département Sciences Économiques et Sociales de Telecom ParisTech (UMR CNRS LTCI - CoDesign Lab & Media Studies). Ses recherches concernent les nouvelles formes d’infrastructures de télécommunication et les enjeux sociopolitiques des architectures informatiques décentralisées. Sa thèse s’appuie notamment sur une ethnographie du déploiement de réseaux sans fil communautaires à Détroit et prend place au croisement de la sociologie des sciences et des techniques et des sciences de l’information et de la communication.
francois.huguet@telecom-paristech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org