Navigation – Plan du site
Première partie : réévaluer le rôle des médias, quatre ans après les révoltes

Des « publics » radicaux et polarisés face à la disparition des médias libres en Egypte

Kai Hafez
p. 51-65
Cet article est une traduction de :
Radically Polarized Publics and the Demise of Media Freedom in Egypt

Résumés

Cet article se propose d’analyser à la fois les avancées et les revers de la sphère publique égyptienne sur la base de la théorie des systèmes médiatiques comparés et de la théorie de la transformation. Le fait que les nouveaux dirigeants militaires aient introduit une censure sévère prouve que les médias sont susceptibles de manipulation politique. Cependant, les raisons de la régression du système médiatique égyptien sont multiples. Les médias, largement concentrés entre les mains de vieilles élites, ont fait pression contre la transformation démocratique. Pendant la transition du ‘printemps arabe’, des médias et des publics radicalement polarisés ont miné les bases du consensus démocratique et des sphères publiques pluralistes. La profession journalistique ainsi que les publics peuvent être considérés comme coresponsables du retournement autoritaire de la sphère publique qui a suivi le coup d’état militaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les médias égyptiens et l’Etat
Médias et société civile
Médias et économie
Médias et profession journalistique
Conclusion

Aperçu du début du texte

La démocratie a besoin d’une sphère publique. Il existe de nombreuses théories sur le sujet. Une des plus connues, celle d’Habermas, suggère que grâce à la délibération rationnelle entre les citoyens d’une part, et entre les citoyens et l’Etat, d’autre part, les sociétés modernes interagissent et résolvent leurs problèmes. La légitimité dans les démocraties n’est pas seulement garantie par les élections, car les citoyens doivent aussi s’impliquer dans l’espace public et soutenir leurs élus.

La liberté des médias est un prérequis de ce processus, puisqu’elle rend possible la discussion publique. A cœur de toute démocratie, on trouve donc des élections libres, le droit de se rassembler, des normes en matière de droits humains ainsi que la liberté d’opinion et de presse.

Cette thèse soulève, cependant, plusieurs difficultés. Habermas lui-même les a appelées les « changements structurels » de la sphère publique idéale. Les médias de masse jouent un rôle crucial de médiateurs entre les c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kai Hafez, « Des « publics » radicaux et polarisés face à la disparition des médias libres en Egypte », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 12 | 2015, mis en ligne le 25 mars 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ema.revues.org/3384 ; DOI : 10.4000/ema.3384

Haut de page

Auteur

Kai Hafez

Kai Hafez est professeur, titulaire de la chaire d’études de communication et des médias internationaux et comparés à l’Université d’Erfurt. Il est membre des conseils scientifiques de nombreuses revues internationales et a souvent été conseiller de gouvernements et d’institutions allemands.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org