Navigation – Plan du site
Troisième partie – Changer les pratiques urbanistiques

Post-Revolutionary Urban Egypt: A New Mode of Practice?

Kareem Ibrahim
p. 237-266

Résumés

Depuis la révolution du 25 janvier 2011, l’Egypte a vu se manifester une mobilisation croissante, en particulier concernant les questions d’urbanisation. Cette mobilisation trouve des échos dans la relation qu’entretiennent les citoyens ordinaires à leurs quartiers et à leurs villes. Parallèlement, nombre de professionnels se sont engagés plus avant dans ce champ, et en appellent au ‘droit à la ville’, demandant que nos politiques et pratiques de l’urbanisme laissent plus de place à la justice sociale.
Peut-on appeler cela une « nouvelle façon de faire » ? La révolution a-t-elle été ce moment décisif où les pratiques de l’urbanisme en Egypte ont pris une nouvelle direction ? Cet article veut montrer que ce n’est pas le cas, et que la mobilisation actuelle n’est qu’une nouvelle étape dans un mouvement qui a plaidé depuis les années 1940 pour une pratique alternative de l’urbanisme. Ce mouvement résiste au paradigme du développement urbain post-moderne et « par le haut » qui prévaut en Egypte.
Cet article retrace le cheminement de ce mouvement, son évolution à travers trois transitions majeures, chacune sous l’influence d’acteurs différents. Le texte décrit aussi comment Takween Integrated Community Development – un bureau d’études créé en 2009 – s’est construit sur l’héritage de ce mouvement alternatif, réunissant des professionnels en lutte pour changer la manière d’envisager l’urbanisme en Egypte. Enfin, cet article tente d’identifier quelques-uns des défis qui attendent encore ce mouvement alternatif, et la manière dont les praticiens, les militants associatifs et les défenseurs des droits peuvent travailler ensemble à y répondre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
The First Encounters
The Institutionalization
The Contestation Years
The Third Wave
The Role of Takween Integrated Community Development
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Since the 25 January 2011 Revolution, the Egyptian society has been witnessing massive mobilization in many different fields. When it comes to urban development, the relationship between academics, practitioners, and even ordinary residents on the one hand, and their neighbourhoods and cities on the other, has been greatly affected by this mobilization. This has resulted in a new phenomenon where dialogue on our cities, their realities and their futures has expanded beyond the limited academic and professional circles. This dialogue now incorporates community activists, new social movements and local residents in different neighbourhoods who are gradually becoming new active players in shaping our cities. In parallel, and since the 2011 Revolution, the academic and professional circles in this field have been witnessing an increasing number of voices that call for the “Right to the City” and demand more social justice in our urban development policies and practices.

Some...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kareem Ibrahim, « Post-Revolutionary Urban Egypt: A New Mode of Practice? », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 11 | 2014, mis en ligne le 06 avril 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://ema.revues.org/3330 ; DOI : 10.4000/ema.3330

Haut de page

Auteur

Kareem Ibrahim

Kareem Ibrahim is an architect and planner graduated from Cairo University in 1995. In 1997, he worked on the UNDP’s Historic Cairo Rehabilitation Project. He has also worked for Aga Khan Cultural Services – Egypt between 1997 and 2010 as the Built Environment Coordinator of the Darb al-Ahmar Revitalization Project, one of Cairo’s most ambitious urban revitalization programs. In 2009, he co-founded Takween Integrated Community Development and has been working on a range of issues including sustainable architecture, participatory planning, affordable housing, public infrastructure, and urban revitalization throughout Egypt with a number of local and international organizations. He is also the Co-Leader of TADAMUN (The Cairo Urban Solidarity Initiative) aiming at encouraging citizens to claim their Right to the City and its democratic management.
 
Kareem Ibrahim
est architecte et urbaniste, diplômé de l’université du Caire en 1995. En 1997, il a travaillé sur le projet de réhabilitation du Caire historique (UNDP). Il a également travaillé pour Aga Khan Cultural Services-Egypt entre 1997 et 2010, en tant que coordinateur du projet de revitalisation de Darb al-Ahmar, l’un des programmes de revitalisation urbaine les plus ambitieux du Caire. En 2009, il a co-fondé Takween Integrated Community Development et a travaillé depuis sur des projets incluant des dimensions d’architecture durable, de planification participative, de logement abordable, d’infrastructures publiques et de revitalisation urbaine, ce à travers toute l’Egypte et en partenariat avec nombre d’organisations locales et internationales. Il est également codirigeant de TADAMUN (Cairo Urban Solidarity Initiative) qui vise à encourager les citoyens à faire valoir leur droit à la ville et à une gouvernance démocratique.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org