Navigation – Plan du site
Première partie – Se mobiliser dans/pour la ville

L’Égypte urbaine : de la révolution vers l'État ? Gouvernance, urbanisme et justice sociale

Kareem Ibrahim et Diane Singerman
Traduction de Thibaud Smerko
p. 121-142
Cet article est une traduction de :
Urban Egypt: On the Road from Revolution to the State? Governance, the Built Environment, and Social Justice

Résumés

Trois ans après la révolution égyptienne, les demandes pour davantage de justice sociale continuent d’être exprimées mais demeurent largement frustrées. Nombre de ces demandes ont trait au développement urbain, recouvrant une distribution spatiale plus équitable des services publics, la démocratisation des processus de planification et de gouvernance locale, et des politiques de développement urbain au service de l’intérêt général plutôt qu’à celui de résidents aisés, d’investisseurs étrangers, ou de spéculateurs immobiliers. L’actuel système administratif local manque de représentativité et ne permet pas la participation citoyenne. Récemment, un nombre croissant d’initiatives a cherché à bâtir des relations plus réciproques entre les communautés urbaines et l’État. Le gouvernement reste cependant hésitant à encourager la démocratisation des administrations et politiques locales et une meilleure représentation à l’échelon local. Au lieu de cela, il continue de concevoir et de réaliser des projets qui ne correspondent pas aux défis urbains touchant la vie quotidienne de millions d’Égyptiens.
A partir du travail de TADAMUN : « The Cairo Urban Solidarity Initiative », et à la lumière d’expériences de gouvernance participative dans divers pays, cet article soutient qu’une réforme de la gouvernance locale pourrait contribuer à répondre à la demande de justice sociale née de la révolution de 2011 et consolider le processus démocratique. Ces réformes passeraient par une institutionnalisation des canaux de communication entre citoyens et État, par un approfondissement de leur engagement via des coalitions, par la création de nouveaux canaux sollicitant du gouvernement sa responsabilité et sa réactivité, et enfin par une distribution plus équitable des services publics.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le moment révolutionnaire
Mise en œuvre de la révolution : demandes et initiatives immédiates
Les régimes d’après janvier 2011 : deux chemins vers le changement
Première voie : tentatives de reforme de l’État
Deuxième voie : les initiatives des communautés locales
Transitions et institutionnalisation des objectifs de la révolution : cibler et entreprendre avec l’État
Quelle est la valeur des initiatives locales ?
Les initiatives locales maximisent l’utilisation des connaissances et des ressources locales
Compléter le rôle de l’état : "القفة أم ودنين، يشيلوها اتنين" (Un panier à deux poignées devrait être porté par deux personnes)
Les initiatives locales sont bonnes pour la démocratie
Élaboration des lois via la mobilisation publique
Les prévisions budgétaires participatives et les politiques municipales : Une approche novatrice
Conclusion : Un nouvel agenda urbain

Aperçu du début du texte

Introduction

L’ère postrévolutionnaire approche son troisième anniversaire. La mobilisation et les manifestations populaires continuent d’émerger dans de nouveaux espaces politiques et sous de nouvelles formes. L’acte de manifester est devenu ordinaire. Alors que certaines forces politiques sont en train de se ré-imaginer et continuent de maintenir leur légitimité et leur popularité, d'autres s’effacent ou sont victimes du retour de la répression gouvernementale.

Au cours des trois dernières années, la politique nationale a connu nombre de changements controversés. Au plan local cependant, les initiatives nouvellement mobilisées ont cherché le moyen de construire une relation plus réciproque entre les communautés urbaines d’une part et l'État et ses ministères d’autre part, leur permettant d'élargir respectivement leurs capacités et leur soutien. Au cours des trois dernières années, l’attente de justice sociale a également été formulée de manière à renouveler l’attention portée aux p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kareem Ibrahim et Diane Singerman, « L’Égypte urbaine : de la révolution vers l'État ? Gouvernance, urbanisme et justice sociale », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 11 | 2014, mis en ligne le 09 avril 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://ema.revues.org/3292 ; DOI : 10.4000/ema.3292

Haut de page

Auteurs

Kareem Ibrahim

Kareem Ibrahim est architecte et urbaniste, diplômé de l’université du Caire en 1995. En 1997, il a travaillé sur le projet de réhabilitation du Caire historique (UNDP). Il a également travaillé pour Aga Khan Cultural Services-Egypt entre 1997 et 2010, en tant que coordinateur du projet de revitalisation de Darb al-Ahmar, l’un des programmes de revitalisation urbaine les plus ambitieux du Caire. En 2009, il a co-fondé Takween Integrated Community Development et a travaillé depuis sur des projets incluant des dimensions d’architecture durable, de planification participative, de logement abordable, d’infrastructures publiques et de revitalisation urbaine, ce à travers toute l’Égypte et en partenariat avec nombre d’organisations locales et internationales. Il est également codirigeant de TADAMUN (Cairo Urban Solidarity Initiative) qui vise à encourager les citoyens à faire valoir leur droit à la ville et à une gouvernance démocratique.
 
Kareem Ibrahim is an architect and planner graduated from Cairo University in 1995. In 1997, he worked on the UNDP’s Historic Cairo Rehabilitation Project. He has also worked for Aga Khan Cultural Services – Egypt between 1997 and 2010 as the Built Environment Coordinator of the Darb al-Ahmar Revitalization Project, one of Cairo’s most ambitious urban revitalization programs. In 2009, he co-founded Takween Integrated Community Development and has been working on a range of issues including sustainable architecture, participatory planning, affordable housing, public infrastructure, and urban revitalization throughout Egypt with a number of local and international organizations. He is also the Co-Leader of TADAMUN (The Cairo Urban Solidarity Initiative) aiming at encouraging citizens to claim their Right to the City and its democratic management.

Articles du même auteur

Diane Singerman

Diane Singerman est professeure associée au département Government, School of Public Affairs de l’American University, Washington D.C. Elle a obtenu bachelor, master et doctorat à Princeton University, et a poursuivi ses recherches à l’AUC (American University in Cairo). Parmi ses publications, on citera: Avenues of Participation: Family, Politics, and Networks in Urban Quarters of Cairo (1995), Cairo Contested: Governance, Urban Space, and Global Modernity, (ed., 2009), Cairo Cosmopolitan: Politics, Culture, and Urban Space in the New Globalized Middle East (co-edt. with Paul Amar 2006), et Development, Change, and Gender in Cairo: A View from the Household (avec Homa Hoodfar, 1996). Ses recherches portent sur les politiques comparées, les liens entre genre et politique en Égypte et au Moyen-Orient, les politiques de l’informel, la participation politique, l’urbanisme, la jeunesse, la globalisation et les mouvements sociaux. Elle est actuellement co-directrice d’un projet concernant la gouvernance urbaine, le développement urbain et la justice sociale dans les villes d’Égypte. Il s’agit de « Tadamun : The Cairo Urban Solidarity Initiative », soutenu par la fondation Ford.
 
Diane Singerman
 is Associate Professor in the Department of Government, School of Public Affairs at American University. She received her B.A., M.A., and PhD from Princeton University and did graduate work at the American University in Cairo. Among her publications are: Avenues of Participation: Family, Politics, and Networks in Urban Quarters of Cairo (1995), Cairo Contested: Governance, Urban Space, and Global Modernity, (ed., 2009), Cairo Cosmopolitan: Politics, Culture, and Urban Space in the New Globalized Middle East (co-edt. with Paul Amar 2006), and Development, Change, and Gender in Cairo: A View from the Household (co-edited with Homa Hoodfar, 1996). Her research interests lie within comparative politics, gender and politics in Egypt and the Middle East, informal politics, political participation, urbanism, youth, globalization, and social movements. She is currently co-director of a project about urban governance, urban development, the built environment, and social justice in Egypt’s cities, called “Tadamun: The Cairo Urban Solidarity Initiative” which is supported by a grant from the Ford Foundation.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org