Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le colloque du Caire, organisé les 14 et 15 avril 2010 sur le thème du genre, des villes et de la gouvernance locale dans le monde arabe et en Méditerranée, a constitué une opportunité sans précédent de réfléchir aux problèmes particuliers que les femmes rencontrent dans les villes et aux perspectives qui s’ouvrent à elles. La plus-value de cette rencontre réside dans l’approche multidisciplinaire qui a guidé les interventions. Ainsi, les partages d’expériences d’architectes, de sociologues, de chercheurs, d’instituts de recherche, d’anthropologues, d’analystes, d’urbanistes et d’associations du monde arabe et d’Europe, ont mis en lumière des cas d’études et des regards croisés sur les défis et les enjeux existants dans les villes concernant la place et le rôle des femmes, et plus généralement l’égalité entre les sexes.

L’UNESCO et l’égalité des genres

2L’UNESCO a fait de l’égalité des sexes l’une de ses deux priorités globales pour 2008-2013 et a donné suite à cet engagement au moyen du Plan d’action pour la priorité : « Égalité entre les sexes ». A travers cette attention particulière portée à la prise en compte des besoins des femmes, l’UNESCO souhaite mettre l’accent sur une intégration ciblée et un renforcement de la programmation sexospécifique ainsi que sur l’obligation redditionnelle, le renforcement des capacités et les partenariats.

3Le Secteur des Sciences sociales et humaines de l’UNESCO a pour mission de faire progresser les connaissances, les normes et la coopération intellectuelle afin de faciliter les transformations sociales favorables aux valeurs universelles que sont la justice, la liberté et la dignité humaine. Se fondant sur la recherche et l’analyse, l’UNESCO se donne pour projet à long terme de peser sur les politiques à suivre et sur leur mise en œuvre. L’objectif principal est de diffuser des connaissances et des analyses susceptibles d’induire des changements de politique favorables à la promotion des droits fondamentaux de la femme et de l’égalité des genres, et d’aider au renforcement de la capacité des États Membres à répondre aux attentes des femmes, à faire respecter leurs droits et à entreprendre des transformations sociales plus larges.

4Dans le monde arabe, l’UNESCO met l’accent sur les droits de l’homme, en particulier les droits culturels, la lutte contre le racisme et la discrimination, l’égalité des genres, la jeunesse et la philosophie.

5Consciente que les autorités locales, et notamment les municipalités, ont un rôle crucial à jouer pour mobiliser les énergies et mettre en œuvre des politiques antidiscriminatoires susceptibles d’avoir un impact décisif, l’UNESCO a lancé en juin 2008 la Coalition des villes arabes contre le racisme, la discrimination, la xénophobie et l’intolérance. Cette plate-forme unique d’échanges pour les municipalités regroupe vingt villes de six pays et permet aux villes de devenir des laboratoires où peuvent s’inventer de nouvelles formes de citoyenneté urbaine et de nouvelles façons de vivre ensemble.

6Les villes sont des espaces privilégiés pour lier les actions en amont et en aval, et les autorités municipales, en tant que décideurs politiques au niveau local, doivent être considérées comme des acteurs-clés dans la dynamisation du processus de changement. Un groupe d’experts, constitué de responsables des villes, de chercheurs du monde académique et d’ONG, a validé un plan d’action en mai 2008, composé de dix engagements couvrant différents domaines de compétence locale tels que l’éducation, le logement, l’emploi ou les activités culturelles. Il suggère en particulier un certain nombre de choix d’actions que les autorités locales peuvent compléter et développer. Les villes signataires s’engagent à intégrer le Plan d’action dans leurs stratégies et politiques municipales. Elles veilleront d’ailleurs à faire participer les divers acteurs de la société civile à sa mise en œuvre. Il est également important d’impliquer les acteurs sur le terrain, y compris les victimes des discriminations, et ce, afin de garantir que les instruments proposés soient le mieux adaptés aux problèmes constatés.

7Suite à une évaluation des besoins au niveau des politiques municipales, l’UNESCO a lancé des études d’observation dans certaines villes du monde arabe, qui permettent d’identifier, entre autres, les bonnes pratiques favorisant l’inclusion sociale et les politiques antidiscriminatoires, surtout celles liées au genre. Le but étant de présenter aux villes-membres des recommandations concrètes qui leur permettront d’améliorer les politiques et les stratégies municipales dans ce domaine.

Quelles leçons retenir du colloque ?

8Les participants ont tenté d’identifier les obstacles qui se posent dans la région relativement à la place réelle des femmes dans les villes et au rôle qu’elles jouent dans le développement urbain. Des exemples concrets ont été présentés sur le rôle des femmes en tant qu’actrices du changement, mettant en exergue les inégalités de genre en termes d’accès aux logements, aux services et aux infrastructures de base à travers les politiques publiques locales et la pratique, ainsi que les cas de violences faites aux femmes dans l’espace urbain. Il a été souligné que les inégalités d’accès à l’éducation, à la formation, à l’emploi, à la création d’entreprises et aux ressources économiques constituent des obstacles à une croissance économique continue et au développement durable.

9La question cruciale de la participation de la femme à tous les niveaux des processus décisionnels a été soulevée tout au long du colloque. Les villes ont la responsabilité de prendre en compte les besoins spécifiques des femmes et d’assurer leur pleine représentation dans les différentes structures locales. Des mesures adéquates doivent être prises pour promouvoir la place de la femme dans tous les aspects de la gouvernance locale. Toutes ces actions, qui concernent en réalité l’intégration des femmes dans la vie urbaine, ne peuvent être développées sans une implication totale des décideurs locaux et de la société civile.

10Les participants ont également mis l’accent sur la nécessité de mettre en place, au niveau local, des réseaux composés d’acteurs impliqués dans le développement local et soucieux d’une intégration de la dimension genre, dans les aspects relatifs à la gouvernance. Ces acteurs, à savoir, les autorités municipales, les associations de femmes, les spécialistes et les chercheurs, pourraient, au sein de cet espace de dialogue, partager les bonnes pratiques et les expériences, discuter des obstacles existants et envisager les solutions appropriées à mettre en place. Des liens seraient créés entre les acteurs sur le terrain et les autorités municipales, qui seraient alors sensibilisés sur les politiques à adopter pour promouvoir et renforcer l’égalité entre les genres. En outre, les actions de sensibilisation en général apparaissent essentielles pour faire avancer l’objectif de l’égalité des genres et favoriser l’accès des femmes au plein exercice de leurs droits.

11Enfin, il a été souligné que l’autonomisation de la femme constitue un facteur décisif dans l’élimination de la pauvreté, et qu’améliorer la condition économique et sociale des femmes ainsi que les aspects propres à la vie culturelle, équivaudrait à améliorer celle de leurs familles, de leurs communautés et de la société en général.  

12Le colloque du Caire a permis de lancer les bases d’un processus de réflexion qui doit se poursuivre au niveau de tous les acteurs impliqués dans la gouvernance locale. Il est important que les recommandations discutées soient approfondies dans une perspective opérationnelle mettant l’accent sur la conception de politiques et la traduction des politiques en plans d’action à mener sur le terrain.  

13Pour finir, je souhaite saisir cette occasion pour remercier et féliciter l’ensemble des partenaires ayant été impliqués directement ou indirectement dans cet important projet. Mes remerciements s’adressent en particulier au CEDEJ qui en a eu l’initiative, ainsi qu’à tous les auteurs pour leurs précieuses contributions et apports techniques et scientifiques.
Le Caire, 14 et 15 avril 2010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Souria Saad-Zoy, « Préface », Égypte/Monde arabe, Troisième série, 9 | 2012, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ema.revues.org/2967

Haut de page

Auteur

Souria Saad-Zoy

Spécialiste de Programme Sciences sociales et humaines
Bureau Multipays de l’UNESCO à Rabat

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org