Navigation – Plan du site
Le moyen arabe - La période mamelouke - La période ottomane

Observations sur la langue à travers l’étude d’actes notariés de l’époque mamelouke

Emad Abou Ghazi
Traduction de Madiha Doss
p. 147-156

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Létude qui suit porte sur la langue de documents datant des mamelouks circassiens. Il s'agit de trente actes privés rédigés entre l'an 784 et l'an 929 de l'hégire (1382-1517) par des greffiers et qui concernent des opérations de vente ou d'échange de propriétés waqf (biens religieux). L'ensemble de ces documents se trouvent au Caire, certains dans les archives du ministère des Waqf, d'autres dans les archives nationales.

2À travers la langue, on retrouve l'environnement, le milieu social, politique et intellectuel d'une époque donnée, on suit l'évolution d'une société donnée.Lelexique d'une langue permet de reconstituer le réseau de relations dont cette société est tissée ; en cela, il constitue un critère permettant de mesurer les transformations qui l'affectent.

  • 1  Sur l'évolution dela langue en rapportavec le changement social, voir : 'Ali'ABD AL-WAHID WAFI, Al (...)

3Par conséquent, le contexte culturel dans lequel furent produits les actes notariés formant le corpus de cette analyse se reflète nécessairement sur la langue et le style dans lesquels ils furent rédigés1.

  • 2  Sur les limites de la langue arabe avant l'islam, voir Louis 'AWAD, Muqaddima fi fiqh al-lugha (In (...)
  • 3  Sur la questionde l'arabisation et de ses objectifs, voirTawfîq al-YUZBEKI. Al-ta'rîb fi-l-'asrayn (...)

4Les actes notariés que je me propose d'analyser remontent à la fin delapériode mamelouke. Durant les trois premiers siècles de l'hégire,la langue arabe s'est répandue dansla majorité des provinces occupées de l'Empire musulman. L'arabisation s'est étendue à de larges territoires situés hors des frontières d'origine de la langue arabe2. L'arabe est alors devenu la langue du politique, du culturel et de la production intellectuelle pour la majorité des peuples d'Asie orientale et d'Afrique du Nord, en particulier après la politique d'arabisation suivie par le califat omeyyade3. À quoi il faudrait ajouter le processus d'islamisation, ainsi que la prépondérance de l'élément arabe dans l'Empire islamique. L'Egypte faisait partie des régions arabisées : après plus de trois siècles de lutte, l'arabe remplaça le copte.

5La confrontation et le contact de la langue arabe avec les langues des peuples conquis devaient nécessairement avoir un impact sur cette langue, mais elle n'en était pas moins prédominante. Elle continua cependant à porter des traces du substrat copte, particulièrement dans le vocabulaire, comme nous le verrons plus loin.

6À partir de la période abbasside tardive, la constitution de la classe dominante allait se modifier dans les différentes sociétés musulmanes, et le pouvoir politique, social et économique passait progressivement aux mains des populations non arabes, notamment à celles d'origine persane, turque, kurde, circassienne ou mongole, ainsi qu'aux membres d'autres populations qui avaient embrassé l'islam. Pendant la période mamelouke, le pouvoir avait définitivement échappé aux Arabes, qui ne détenaient plus qu'une autorité nominale. Cela dura jusqu'au règne d'al-Zâhir Baybars, qui restaura le califat pour donner à sa dynastie une légitimation religieuse et politique.

7Quant au Mashreq, il connut avec l'Europe des heurts violents, notamment pendant les quelque deux siècles que durèrent les Croisades. Celles-ci devaient aboutir à la constitution de colonies de populations européennes au sud de la Palestine et au nord de l'Asie Mineure.

8Ce contexte historique eut un impact certain sur la langue arabe, qui connut, sinon une ère de progrès, du moins une ère de changement. L'arabe entra en conflit avec deux groupes de langues : celles des populations musulmanes non arabisées et celles des croisés européens. L'influence des langues européennes sur l'arabe fut relativement mineure étant donné l'hostilité que les populations autochtones vouaient aux envahisseurs. En revanche, on peut observer une importante pénétration d'éléments issus des langues des populations musulmanes non arabisées, notamment des emprunts lexicaux. Sans doute pour des raisons religieuses, ces peuples non arabisés ne tentèrent pas de substituer leurs langues à l'arabe. Il n'en reste pas moins que de très nombreux termes furent introduits dans la langue arabe, en particulier des termes relatifs à la vie quotidienne, aux fonctions et aux titres.

9Nous allons, dans les pages qui suivent, passer en revue les diverses manières dont ces transferts se sont opérés.

L'emprunt

  • 4  Il va sans dire qu'une certaine transformation affecte tout terme introduit dans une langue autre.
  • 5  La question de l'emprunt durantles premiers siècles de l'islam, en particulier dans la langue duCo (...)

10Un terme emprunté peut pénétrer dans la langue d'accueil soit en conservant - plus ou moins - sa forme d'origine, soit en se conformant aux exigences phonétiques et morphologiques de la langue d'accueil4. On parlera respectivement de terme emprunté ou de terme arabisé. Cela dit, l'emprunt est un phénomène général aux langues, qui peut avoir des aspects positifs ou négatifs selon le contexte historique où il se produit. L'arabe connut des emprunts dès les premiers siècles de son histoire, comme en témoignent les termes non arabes qui apparaissent dans le Coran5.

  • 6  Sur l'importance du substrat copte dans l'arabe d'Egypte, voir Ahmad Mukhtar 'UMAR, Tarîkh al-lugh (...)

11La présence de termes étrangers peut aussi s'expliquer par l'influence du substrat, qui diffère d'une région à l'autre. Ainsi, la langue arabe a emprunté des termes différents aux diverses langues qui étaient pratiquées sur les territoires conquis. La question de l'intégration de termes du substrat copte à l'arabe a été largement débattue : si, pour certains linguistes et historiens, elle se réduit à un minimum, pour d'autres, le substrat copte est important et dépasse même le plan du lexique arabe pour s'étendre à la morphologie6.

  • 7  MAQDÛR 'Atif, Lugha al-rasâ'il al-diwâniyya fi Misr fi-l-'asr al-fâtimi (La langue épistolaire du (...)
  • 8  IBN MANDÛR, Lisân al-'Arab, vol. 1, p. 4.

12Pour ce qui est des siècles postérieurs à la conquête, l'arabe d'Egypte a connu quelques emprunts durant te règne des Fatimides, mais cette influence s'est limitée au lexique7. Durant la période qui nous concerne, l'influence ne se limite pas à l'intégration de termes qui n'auraient pas d'équivalent en arabe. Dans de nombreux cas, l'emprunt se produit malgré l'existence de termes adéquats8.Lestermes nouvellement introduits prennent une forme différente de celle qu'ils avaient dans la langue de départ, ces écarts pouvant être causés par différents facteurs : écritures différentes selon les langues de départ, intégration au système phonétique de l'arabe, etc.

13Les langues d'origine étaient essentiellement le turc et le persan et, dans certains cas, les langues européennes. La langue, orale et écrite, utilisée par les mamelouks était le turc ; il est donc tout naturel que des termes de cette langue paraissent dans les actes officiels.

Influence de la langue de la cour sur l'écriture

  • 9  AL-SIRAFI Ibn Munjib, Kitâb qânûn dîwân al-rasâ’il (Le Livre des lois régissant la correspondance (...)

14Le déplacement du centre du pouvoir du Mashreq vers l'Egypte eut plusieurs effets sur la langue. Tout d'abord, sous le règne des Mamelouks, une présence militaire et administrative se développa, ce qui devait influer sur la langue et, surtout, sur l'écriture. L’abondance des titres et épithètes accompagnant les noms de personnes s'explique par l'influence de la Cour sur la vie quotidienne. Cependant, force est de constater que les rédacteurs d'actes notariés ne tenaient pas compte de l'ordre, pourtant bien codifié, selon lequel devaient être écrits les titres9.

15Les titres et épithètes suivent ou précèdent le nom de la personne à laquelle il est fait référence, dans un but d'éloge et de déférence. À l'origine fort simples, les titres étaient attribués aux califes et utilisés dans la correspondance officielle rédigée par les greffiers de la Cour. Durant la dynastie abbasside, ils devinrent plus complexes, en même temps que l'on accordait davantage d'importance aux règles et aux protocoles. L’Égypte fatimide connut également ce phénomène. Avec la chute de la dynastie abbasside puis celle de la dynastie fatimide, l'attribution des titres allait relever de chancellerie. Malgré la parution de nombreux ouvrages rédigés par les greffiers de la Cour dans le but de codifier l'attribution et l'ordre des titres, leur usage se développa avec excès durant la période mamelouke : les listes de titres constituent souvent une partie importante des documents et correspondances de la Cour. A l'époque ottomane, les titres allaient occuper une placé croissante, notamment dans .les actes privés.

16Cette tendance apparaît clairement dans les 30 actes étudiés, où Ies titres abondent, accompagnant les noms des personnes concernées par les transactions, ceux des personnes occupant de hautes fonctions judiciaires, ceux des juges et de leurs délégués. L’importance du titre varie d'une personne à l'autre selon le rang ou la position qu'elle occupe. Alors que dans l'acte 218, cinq titres accompagnent le nom de Toumanbay, qui occupait encore un rang modeste, son nom s'accompagne de trente-deux titres dans les actes 886 et 882. Dans l'acte de vente 256, le nom de Toumanbay est accompagné de douze titres, ainsi que dans un acte de waqf, ceci en plus de la mention des fonctions de la personne citéeet des invocations en sa faveur.

17L'ordre dans lequel apparaissent les titres est variable, sauf pour quelques constantes :السيفي, le porteur d'épée, précède généralement le nom ; الملكي, le royal,- et الاشرفي, le très honorable, le suivent. On peut constater des différences dans la forme des titres selon qu'il s'agit d'un document privé ou d'un document public. Ainsi dans un décret édicté par le Sultan el-Ghouri, le nom de Toumanbay apparaît dela manière suivante :

« Son altesse, digne, élevée, princière, sublime, connue de tous. si juste, qui est l'appui, le sauveur et le sauveteur, le commandant,le combattant, qui assure l'ordre, la vérité, le progrès. Soutien des rois et des sultans : Toumanbay, le défenseur de l'Émir des croyants, Haut Commandant des territoires d'Egypte, et qui est le neveu de notre majesté. Que Dieu lui assure toujours la victoire. »

18On note une variation identique dans les titres attribués à une même personne en ce qui concerne les juges et leurs délégués. Ainsi, le nom du Qadi al-Quda, 'Abd al-Birr Ibn al-Shihna, s'accompagne de 30 titres dans !e document 886 ; dans le document 882, on ne relève que 19 titres à la première mention de son nom, et seulement 5 à la mention suivante.

19De plus, comme nous l'avons mentionné, les titres occupent une place importante par rapport au texte : dans le document 218 par exemple, ils occupent 9 lignes sur 40. Dans un procès-verbal (document 886), les titres et fonctions désignant les différentes parties impliquées occupent 20 lignes sur 6 pages ; 7 lignes pour le Juge, 3 pour son assistant, 10 pour le procureur, son client et l'accusé.

20L'outrance n'apparaît pas uniquement dans l'accumulation des titres et dans leur redondance, mais également dans les formes utilisées : la forme de l’elatifافعل التفضيل pour l'expression de l'épithèteاشرف الموالي العظام اقضى قضاة الاسلام « le plus honorable des grands maîtres, le meilleur juge des juges de l'islam».

21Les épithètes sont également suivis du suffixe –i de la nisba, dont la fonction est celle d'amplifier les qualités citées : « maître des rois arabes et étrangers, sans pareil de son siècle et de son temps » :

22Les titres attribués aux mamelouks ont souvent une connotation martiale :

23« le porteur d'épée, le défenseur, le protecteur ». Lorsqu'il s'agit de juges, de sultans ou d'émirs mamelouks, le champ dé qualification est religieux ; les épithètes portent alors sur la dévotion, la sagesse et le savoir du personnage: »

24l'humble, l'adorateur de Dieu, le pieux, celui qui connaît Dieu. Des référencés à l'islam sont communes dans ce contexte : « chef des musulmans, bénédiction des musulmans, celui qui fait revivre la loi du Prophète » :

25Certains titres, enfin, font référence à des lieux du pouvoir, ce qui était devenu courant depuis le règne des Abbassides : « palais, monument commémoratif, lieu de résidence :

26Pour conclure, les titres avaient un rôle politique et social important : ils avaient pour fonction de souligner la puissance des Mamelouks, leur force militaire et leurs qualités religieuses, autant de facteurs de légitimation. Ils montrent par là même comment la langue peut être, à une époque donnée, un instrument du pouvoir. Plus le pouvoir s'affaiblissait et plus s'allongeaient les listes de titres accompagnant les noms, justifiant ce vers d'un poète de l'époque :

27Titres de royauté injustifiés / Tel le chat imitant le rugissement du lion.

Autres caractéristiques

Emploi de formules

  • 10  MAQDÛR 'Atif, op. cit.

28Un des traits représentatifs du style de l'époque, et qui se retrouve également dans les actes privés, est l'emploi de formules binaires figées10. Certains mots apparaissent systématiquement accompagnés par d'autres. Ainsi : « l'honorable loi, l'honorable décret, les honorables contrées, l'honorable donation»

29La formule se limite ici à l'emploi de qualificatifs ou d'épithètes quasiment inséparables des termes qu'ils accompagnent ; dans d'autres cas, ce sont des énoncés plus larges qui accompagnent presque automatiquement certaines expressions. Ainsi, certains versets du Coran seront cités lors d'une transaction particulière comme le waqf, signe probable dela prégnance du religieux à cette époque.

Abondance des synonymes

30Un des traits dela prose de l'époque et des siècles qui lui succédèrent est l'emploi abondant de synonymes. Ce trait, considéré comme un signe de richesse de style et de talent, s'explique par l'importance excessive accordée aux aspects formels et rhétoriques de l'écriture

  • 11  Document 256, ligne 20.

31son rendement a baissé et sa récolte a diminué »11

  • 12  Document 218b, ligne 41.

32« son achèvement et son accomplissement»12

33il a expliqué et éclairé ». Nous avons également pu observer ce trait dans l'utilisation des titres.

Prose rimée

34Dans la même tendance à accorder une importance excessive aux aspects rhétoriques et esthétiques de la prose, on notera remploide la rime, particulièrement présente dans les titres qui se trouvent au début des actes

  • 13  Document 122/20, ligne 3-6.

« Sultan de l'islam et des musulmans/ Qui restaura la justice dans les univers/ Qui rendit Justice aux opprimés contre leurs oppresseurs/ Exterminateur des tyrans et des renégats/ Vainqueur des rebelles et des insurgés/ Héritier du pouvoir/ Sultan des Arabes, des étrangers et des Turcs/ Ombrede Dieu... »13

35Bien que plus fréquente dans les débuts, la rime se trouve cependant dans d'autres parties des documents :

  • 14  Document 71g, Awqâf, ligne 2-6.

« Ceci est un waqf légal et en bonne et due forme/ Un arrêt clair, inchangeable et sauvegardé/ Selon un jugement quine saurait être reproduit/ Un décret qui ne saurait être effacé/Auprès de Dieu, sa récompense et son mérite ne seront point ignorés. »14

36Il reste à mentionner que l'usage dela rime se raréfie dans les passages consacrés à la description des bâtiments vendus et lorsqu'il s'agit de déterminer les limites des biens immobiliers, l'usage de la rime ne pouvant guère convenir à la description précise exigée dans un document légal.

Syntaxe asyndétique

  • 15  AL-BADRAWI Zahrân, op. cit.

37II s'agit d'un style constitué de courtes phrases formées d'éléments simples, qui se succèdent sans lien de subordination, mais unies par des éléments de coordination tels que و١و et فاء. C'est notammentle type de phrases que l'on trouve dans les passages consacrés à la description des bâtiments. »15

Les écarts par rapport à la norme

Haut de page

Notes

1  Sur l'évolution dela langue en rapportavec le changement social, voir : 'Ali'ABD AL-WAHID WAFI, Al-lugha wal-mugtama' (Langueet société) ; Zahrân AL-BADRAWI. Fi 'ilmal-lugha al-târikhi.Dirâsa tatbiqiyya'ala'arabiyya al-usûr al-wusta (La linguistique diachronique.Étude appliquée à l'arabedu Moyen-Âge), Dâr al-Ma'ârif, Le Caire, 1979, p. 5-6, et El-Sayed AhmadKHALIL, Al-lughabayn al-adab wa-l-tashri' (La langueentrelittérature et jurisprudence), p.23-25 et 51-52.

2  Sur les limites de la langue arabe avant l'islam, voir Louis 'AWAD, Muqaddima fi fiqh al-lugha (Introduction à la philologie arabe), p, 23-39.

3  Sur la questionde l'arabisation et de ses objectifs, voirTawfîq al-YUZBEKI. Al-ta'rîb fi-l-'asrayn al-ummâwi wa-l-'abasi (L'arabisation durant les périodes omeyyadeet abbasside), p. 9 s.

4  Il va sans dire qu'une certaine transformation affecte tout terme introduit dans une langue autre.

5  La question de l'emprunt durantles premiers siècles de l'islam, en particulier dans la langue duCoran, a suscitéde nombreux débats, Certains linguistes anciensoumodernesont tenté de justifier laprésence de racines étrangères soit enles assimilantde manière forcéeà des racines arabes, soit en arguant queces termes étaient enfait d'origine arabe et furent exportés vers d'autres langues avantde faire l'objet d'un nouvel emprunt. Sur cette question, voir L. 'AWAD, op. cit., et Ahmad MuhammadSHAKIR. Muqaddima al-muhaqqiq li-kitâb al-mu'arrab li-l-jawlaqi.

6  Sur l'importance du substrat copte dans l'arabe d'Egypte, voir Ahmad Mukhtar 'UMAR, Tarîkh al-lugha al-'arabiyya fi Misr (Histoire de la langue arabe en Egypte), Le Caire, 1970 ; G. SOBHY, Common Words in the Spoken Arabic of Egypt, Cairo, 1950.

7  MAQDÛR 'Atif, Lugha al-rasâ'il al-diwâniyya fi Misr fi-l-'asr al-fâtimi (La langue épistolaire du Palais en Egypte à l'époque fatimide), Thèse de doctorat, Université du Caire, 1982, p. 179.

8  IBN MANDÛR, Lisân al-'Arab, vol. 1, p. 4.

9  AL-SIRAFI Ibn Munjib, Kitâb qânûn dîwân al-rasâ’il (Le Livre des lois régissant la correspondance impériale) ; AI-'IMARI Ibn Fadl Allah (Connaissance de l'honorable terminologie); AL-QALQASHANDI, Subh al-‘ar’sha fi sinâ'a al-insha' (Lumière du mal-voyant dans l'élaboration de l'écriture).

10  MAQDÛR 'Atif, op. cit.

11  Document 256, ligne 20.

12  Document 218b, ligne 41.

13  Document 122/20, ligne 3-6.

14  Document 71g, Awqâf, ligne 2-6.

15  AL-BADRAWI Zahrân, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emad Abou Ghazi, « Observations sur la langue à travers l’étude d’actes notariés de l’époque mamelouke », Égypte/Monde arabe,Première série, 27-28 | 1996, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://ema.revues.org/1930 ; DOI : 10.4000/ema.1930

Haut de page

Auteur

Emad Abou Ghazi

Université du Caire

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org