Navigation – Plan du site
Lettres arabes

Au commencement était le Nil

Hassan Teleb
Traduction de Jean-Charles Depaule et Catherine Farhi
p. 275-277

Entrées d’index

Mots-clés :

poésie, Teleb (Hassan)
Haut de page

Notes de la rédaction

Hassan Teleb est né le 12 décembre en 1941, près de Sohâg en Haute Égypte. Il est l’un des fondateurs les plus marquants de la revue poétique d'avant garde, « Ida's 77 » et du mouvement qui s'en est suivi, avec Helmî Sâlem, Jamâl al-Qassâs, Maged Yûssef, Ahmad Rayyân, Mahmoud Nassîm, Wafîd Mounîr et, un temps, Rifaat Sallâm. Il a publié plusieurs recueils de poèmes, dont Washm 'ala nahday fatât, Sîrat al banafsag, Azal an-Nàr fi Abad-i-n-Nûr.

Texte intégral

1Nil substance de l'éternité

2Au commencement il était au dénouement il sera ;

3Nil est Nil clair comme mon sang,

4Véritable comme rêves de jeunes filles,

5Seul comme l’aimée,

6Frontière de mon sang débordant, de mon sang infime abrégé,

7Au commencement il était au dénouement il demeure ;

8Nil est Nil de seins éperviers qui mêlent Joie et souffle d'amour,

9Nil d'yeux langoureux qui tissent ta ruine et fa splendeur.

10Nil de coeurs insouciants qui incorporent la peine au Sentiment.

11Nil est Nil de tendres plis, Nil de molles assises ; elles vont-elles viennent toute ferveur et galantes.

12Nil : un accord improvisé.

13Au commencement il était et à la fin ;

14L’entendez-vous ? Vous êtes-vous noyées ? Ou bien au commencement étiez-vous les indolentes se couchant avec lui et s'abandonnant, qu'il recouvre ?

15Vous êtes le commencement, dressez-vous aux frontières de mon sang de source que je me rende à vous, que je m'embrase.

16Nil tu as détruit mon coeur, tu es venu à moi.

17Tu m'as coûté plus que le prix.

18Et je viens à présent entre deux commencements, je me dérobe en vous.

19Je me serais contenté du Nil... Lève-toi, toi leur Nil, sillonne les contrées de cataractes et de rocs antiques, les tranchées et les ravines lointaines ; pénètre vers elles accidents et montagnes.

20Le Nil a pénétré-n'a pas pénétré ;

21Sa voie fut son dessein.

22Nil tu les as choisies, sois sur elles rosée qui ruisselle, émanant arôme.

23Moi je passe à présent entre mon sang suave... je cherche asile.

24C'est un Nil de douleur qui sourd de mon sang

25Et de vos coeurs s'écoute et s'embrase.

26Et le Nil peut être cruel à présent ; que mon aimée déchire sa chemise.

27Elle contiendra la couleur des deux rives et elle se baignera.

28Non, je passe à présent par mon sang tendre, je m'apprête, c'est un Nil de rêve, de vos coeurs à mon sang comme mur d'eau.

29Le Nil peut être fluide à présent, vous ondulez dans le courant et il poursuit derrière vous sans arriver.

30Le Nil est pétri sur la passion, tournez-vous voir que le Nil pousse son eau et incorpore ses rives ; le Nil est pétri sur la tristesse, retournez-vous pour trouver que le Nil fait accroître son cours et se courbe.

31Les larmes furent la première matière et le Nil le premier pétri.

32Nil, les épis ont soif,

33Plus que nuée du ciel double afflue ton eau.

34À présent j'ai passé par deux commencements. Je fêterai le Nil. Je gravirai le cycle de deux âges. M'exilant en vous. Vous fûtes mon vin, versez-vous sur mon front, de vos bouches étanchez mes douleurs, le Nil est votre vin. Coule, Nil, entre leurs seins, étoile-les de désir.

35Epanche-toi sur leur peau, voile-les de passion.

36Déborde, Nil, par leur ventre inonde-les d'éclairs.

37Il a fait-n'a pas fait sa crue.

38Le Nil: sa santé est son mal.

39Et, Nil, des champs tu as détourné les agneaux,

40Ton vin d'ambre abreuve les bergers.

41Je vous passe, à présent frontières de mon sang étranger et je doute.

42Le Nil est passé là, par là elles sont passées, flammèches au bout des doigts et elles ont attendu.

43Je vous passe frontières de mon sang ancien, le Nil me connaît et elles ondulent dans mon corps. À voix tendue les astres leur répondent dans mes villages. À présent je passe par mon sang nouveau. Je reprends : vous, venez avec moi. Encore. Si vous êtes capables le Nil est capable, si vous ne l'êtes pas je le suis. Levez-vous aux frontières de mon sang... elles le firent. Et soyez soumises à mon sang... elles le furent. Vers le Nil j'ai fait signe : l'eau couleur de mon sang. Et leur cri : le Nil peut être tragique à présent. Elles vinrent à moi par mon sang qui s'épanchait de ma chère blessure comme eau du Nil.

44Il coule du gosier des nations – haletant et offrant à leurs cendres la sueur de leurs yeux, elles demandèrent... je leur dis : il est temps pour vous de passer le Nil ou monter.

45Elles dirent le Nil diffère du Nil.

46Je leur dis je suis le Nil, suivez le fil du sang et montez.

47Je passerai par mon sang brûlant.

48Leur clameur : le Nil peut être sincère à présent ;

49Un peuple se choisissant une légende qui déflorait sa première saveur la dessinait à la mesure des rives sur la dalle des camps.

50Nil dit ce qu’il n’a pas dit.

51Retourne à l’impossible sans retour au plausible.

52Le Nil est-n'est pas revenu.

53Du Nil l'éternel est contingence.

54Nil autour de toi voici ton troupeau.

55La victime impatiente attend son tueur.

56Ô Nil pourquoi le calme des rives

57Quand à l'horizon roule une rumeur d'orage ?

Haut de page

Annexe

« Son indéniable prouesse n'est pas d'être un simple maître dans sa langue et de dominer son instrument, [...] mais d'être un séducteur aux rythmes sorciers. Et il m'arrive de me demander si je dois m'abandonner à cette séduction, cet enjôlement langagiers et prosodiques, ou les combattre. La tension cependant ne réside pas dans cette indécision – puisque céder aux séductions est quelquefois d'une saine prudence – mais dans la tentative de percer son secret. Car je ne doute pas un instant qu'il y ait là, derrière cette émotion de la langue (et l'émotion de la langue est aussi le fer serré de la détresse), un secret. Mais il y a bien plus : ce chant, cette mélodie anxieuse aussi, de la langue, cet amour qui fait palpiter les replis de sa poésie et se révèle en elle sous une forme indécente, certes, quelquefois blessure et, d'autres fois, sédition, tout cela se fond, la plupart du temps, se soude, s'amalgame, dans une vision, une expérience, si l’on veut, claire, délimitée et globale, qu'un peu d'hermétisme, ou d'ambiguïté, ou, disons, de réticence à aboutir, peut parfois altérer ; mais qui, comme l’ensemble de son oeuvre, impose une présence aiguë. » (Edouard Al-Kharrât)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hassan Teleb, « Au commencement était le Nil », Égypte/Monde arabe,Première série, 3 | 1990, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://ema.revues.org/1705

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org