Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Dawoud Sudqi El Alami, The Marriage Contract in Islamic Law

Jörn Thielmann
p. 282-283
Référence(s) :

Dawoud Sudqi El Alami, The Marriage Contract in Islamic Law in the Shari‘ah and Personal Status Laws of Egypt and Morocco, London, Dordrecht, Boston, Graham & Trotman, 1992

Entrées d’index

Mots-clés :

Maroc
Haut de page

Texte intégral

1L'auteur, qui est notamment chercheur à l’Institute of Social and Cultural Anthropology de l'Université d'Oxford, limite son analyse du contrat de mariage à la description des stipulations de la loi islamique classique et du droit positif égyptien et marocain concernant le contrat de mariage. À ce niveau, le lecteur trouve de riches informations passant en revue les différentes écoles juridiques en islam (pas seulement sunnite) et prenant comme sources des textes arabes variés (commentaires coraniques, recueils d'avis juridico-religieux, traités, etc.) depuis les débuts de l'Islam. Le livre est, de plus, clairement structuré, avec une table des matières détaillée et précise, une table des dispositions législatives, une table des arrêts cités, un glossaire et un index. L'auteur présente les dispositions législatives pertinentes en Egypte et au Maroc, les différentes définitions du mariage (coranique, en droit islamique classique, etc.), les étapes menant à la conclusion du contrat de mariage (l'offre, l'acceptation, les expressions utilisées dans le contrat), les restrictions légales, la capacité légale, la tutelle et la curatelle, les exigences de validité du contrat, la procédure légale et les conséquences d'un contrat valide et invalide. La base textuelle reste toutefois un peu maigre, surtout par rapport à la littérature scientifique : on ne trouve pas les différentes études en anglais portant sur la situation sociale et juridique des femmes en Egypte (exemple, Judith E. Tucker ou Mervat Hatem) ou les ouvrages sur le statut personnel et le statut des femmes en droit islamique (Jamal N. Nasir, S. Rayner). Par ailleurs, de nombreux points discutables sont traités sommairement par l'auteur : une page, lui suffit pour montrer la prééminence de la sharî'a en matière de statut personnel, quelques pages pour une histoire des fondements sur lesquels s'appuient les écoles juridiques en Islam, etc. Étonnamment, El Alami s'abstient de toute analyse, que ce soit des théories classiques, des lois ou encore des pratiques (des instances judiciaires et de leurs acteurs). Aucune conception théorique ne soutient son livre, avec pour résultat que certaines jurisprudences – dont l'identification est malheureusement difficile étant donné le manque de clarté du système de la citation – pourtant lourdes d'implications sociologiques, sont seulement reproduites (cf., p. 70 sqq.) et ne font l'objet d'aucune contextualisation sociologique et historique, dans une perspective aussi bien diachronique que synchronique. La valeur de cet ouvrage est par conséquent limitée. Il apporte des informations sur le contrat de mariage en droit islamique et en droit positif égyptien et marocain, mais il ne va pas au-delà. En ce sens, il pourrait constituer un excellent point de départ pour de futures recherches en sociologie du droit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jörn Thielmann, « Dawoud Sudqi El Alami, The Marriage Contract in Islamic Law », Égypte/Monde arabe,Première série, 34 | 1998, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://ema.revues.org/1550

Haut de page

Auteur

Jörn Thielmann

Ruhr-Universität Bochum/London School of Economics

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • Revues.org